[Deen-ul-Qayyem]

L'Islâm Authentique selon la compréhension des Pieux Prédécesseurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le dessinateur imite t’il Allah ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Abou_Sem
Membre Actif
Membre Actif
avatar

Nombre de msg : 55
Points de participation Points de participation : 116
Moyenne des avis sur mes post : 25

MessageSujet: Le dessinateur imite t’il Allah ?   Sam 17 Déc - 18:48

Le dessinateur imite t’il Allah ?



L’un des arguments que ceux qu’il est devenu coutume de nommer « les pseudo-salafis » utilisent pour croire, ou pour faire croire, que les dirigeants arabes laïques sont de véritables musulmans monothéistes même lorsqu’ils se mettent à la place d’Allah pour régner sur les sociétés, il y a le Hadîth rapporté par Al Boukhârî et Mouslim :
أَشَدُّ النَّاسِ عَذَابًا عِنْدَ اللَّهِ يَوْمَ الْقِيَامَةِ الَّذِينَ يُضَاهُونَ بِخَلْقِ اللَّهِ

« Ceux qui auront le pire châtiment le jour du jugement seront ceux qui font ressembler avec la création d’Allah. »

Ils disent que ce Hadîth prouve que le dessinateur (ils visent en réalité uniquement celui qui dessine des êtres vivants animés, pas ceux qui dessinent des objets non vivants) imite et veut ressembler à Allah en créant comme Allah. Pourtant, disent-ils, nous savons que dessiner est simplement un grand péché, et que les sunnites ne font pas le Takfîr de celui qui dessine tant qu’il admet l’interdiction de son geste. Imiter Allah et se mettre à Son égal n’est donc pas une raison suffisante de Takfîr.





Nous allons constater que le Hadîth auquel ils font allusion, ne vise pas le « simple dessinateur » mais bien un cas particulier de dessinateur qui est bel et bien mécréant, et non un musulman, et que la raison de sa mécréance est justement le fait qu’il imite Allah.



Voici ce que disent quelques savants.

L’imam Nawawî explique ce Hadîth dans Charh Sahîh Mouslim, (°Volume 7 page 218°) :

فَقِيلَ هِيَ مَحْمُولَة عَلَى مَنْ فَعَلَ الصُّورَة لِتُعْبَد، وَهُوَ صَانِع الْأَصْنَام ، وَنَحْوهَا ، فَهَذَا كَافِر ، وَهُوَ أَشَدّ عَذَابًا ، وَقِيلَ : هِيَ فِيمَنْ قَصَدَ الْمَعْنَى الَّذِي فِي الْحَدِيث مِنْ مُضَاهَاة خَلْق اللَّه تَعَالَى ، وَاعْتَقَدَ ذَلِكَ ، فَهَذَا كَافِر لَهُ مِنْ أَشَدّ الْعَذَاب مَا لِلْكُفَّارِ ، وَيَزِيد عَذَابه بِزِيَادَةِ قُبْح كُفْره . فَأَمَّا مَنْ لَمْ يَقْصِد بِهَا الْعِبَادَة وَلَا الْمُضَاهَاة ، فَهُوَ فَاسِق صَاحِب ذَنْب كَبِير ، وَلَا يَكْفُر كَسَائِرِ الْمَعَاصِي .

« On dit que cela se rapporte à celui qui fait l'image pour qu'elle se fasse adorer, c'est le fabriquant d’idoles ou quelque choses comme ça, celui la est un mécréant et il aura le pire des supplices. On dit aussi: Elle se rapporte à celui qui a pour objectif le sens qui est dans le hadîth, à savoir imiter la création d'Allah, en croyant à cela, celui la est un mécréant qui a le plus dur châtiment qu'il y a pour les mécréants, et son châtiment augmente en fonction de la laideur de sa mécréance. Quand à celui qui n'a pas eu en cela l'intension de l'adoration ou d’imitation, il est pervers et auteur d'un grand péché, et il ne devient pas mécréant comme pour le reste des péchés ».

Regardez comme l’imam Nawawi a dit que celui qui a pour objectif le sens du Hadîth est un mécréant ! Or, si le sens du Hadîth était uniquement un grand péché, alors même celui qui l’a pour objectif ne serait pas mécréant car avoir pour objectif de faire un grand péché n’est pas de la mécréance majeure chez Ahl Sounna. Cela montre bien que ce Hadîth parle de la mécréance majeure, et qu’imiter Allah dans la création est de la mécréance majeure !



Ibn Hajar Al ‘Asqalânî quant à lui dit :

وَقَدْ اِسْتَشْكَلَ كَوْن الْمُصَوِّر أَشَدّ النَّاس عَذَابًا مَعَ قَوْله تَعَالَى : ( أَدْخِلُوا آلَ فِرْعَوْن أَشَدّ الْعَذَاب ) فَإِنَّهُ يَقْتَضِي أَنْ يَكُون الْمُصَوِّر أَشَدّ عَذَابًا مِنْ آل فِرْعَوْن ، وَأَجَابَ الطَّبَرِيُّ بِأَنَّ الْمُرَاد هُنَا مَنْ يُصَوِّر مَا يُعْبَد مِنْ دُون اللَّه وَهُوَ عَارِف بِذَلِكَ قَاصِدًا لَهُ فَإِنَّهُ يَكْفُر بِذَلِكَ ، فَلَا يَبْعُد أَنْ يُدْخَل مُدْخَل آل فِرْعَوْن وَأَمَّا مَنْ لَا يَقْصِد ذَلِكَ فَإِنَّهُ يَكُون عَاصِيًا بِتَصْوِيرِهِ فَقَطْ

« Il pourrait poser problème que le dessinateur soit le plus châtié des gens ; alors qu’Allah a dit « Faites entrer les adeptes de Pharaon dans le pire des châtiments. »[1] Et l’imam Tabarî y a répondu en disant que cela vise celui qui dessine une image qui est adoré en dehors d’Allah alors qu’il le sait et que c’est son but ; celui là devient mécréant pour cela, et il n’est dès lors pas étonnant qu’il entre à la même entré que les adeptes de Pharaon. Quant à celui qui ne vise pas cela ; il n’est alors qu’un simple pécheur pour son image. »

Puis il dit :

وَ خَصَّ بَعْضهمْ الْوَعِيد الشَّدِيد بِمَنْ صَوَّرَ قَاصِدًا أَنْ يُضَاهِي ، فَإِنَّهُ يَصِير بِذَلِكَ الْقَصْد كَافِرًا ، وَسَيَأْتِي فِي " بَاب مَا وُطِئَ مِنْ التَّصَاوِير " بِلَفْظِ " أَشَدّ النَّاس عَذَابًا الَّذِينَ يُضَاهُونَ بِخَلْقِ اللَّه تَعَالَى " وَأَمَّا مَنْ عَدَاهُ فَيَحْرُم عَلَيْهِ وَيَأْثَم ، لَكِنْ إِثْمه دُون إِثْم الْمُضَاهِي . قُلْت : وَأَشَدّ مِنْهُ مَنْ يُصَوِّر مَا يُعْبَد مِنْ دُون اللَّه كَمَا تَقَدَّمَ. وَذَكَرَ الْقُرْطُبِيّ أَنَّ أَهْل الْجَاهِلِيَّة كَانُوا يَعْمَلُونَ الْأَصْنَام مِنْ كُلّ شَيْء حَتَّى أَنَّ بَعْضهمْ عَمِلَ صَنَمه مِنْ عَجْوَة ثُمَّ جَاعَ فَأَكَلَهُ

« Et certains disent que cette menace sévère ne concerne que celui qui désire imiter Allah ; il devient ainsi un mécréant ; et nous allons voir dans le chapitre « les images sur lesquels on marche » le Hadîth en ce terme « Les hommes qui auront le pire châtiment sont ceux qui imitent avec la création d’Allah ». Mais pour ce qui est autre que ça ; c’est interdit et l’auteur est coupable de péché ; mais son péché est moins grave que celui qui imite. Je dis : Et pire que lui encore est celui qui dessine ce qui est adoré en dehors d’Allah comme nous l’avons dit. Et Al Qourtoubî a mentionné que les païens fabriquaient des idoles de toutes choses au point que certains fabriquaient leurs idoles avec des dattes ; puis en mangeaient lorsqu’ils avaient faim. » [Fath Al Bârî 10/384]

On voit bien ici qu’Ibn Hajar considère que ce Hadîth concerne soit celui qui taille une idole, soit celui qui veut imiter Allah et qu’il juge les deux comme des mécréants ; et que celui qui ne vise ni l’imitation ni l’adoration de son image ; il n’est pas coupable du péché d’imiter la création d’Allah ! Cela prouve bien que le Hadîth en question concerne le mécréant et non pas le pécheur.



Et Ibn Batâl dit au sujet de ce Hadîth :

مضاهاة ما صوره ربه في خلقه أعظم جرمًا من فرعون و آله ، لأن فرعون كان كفره بقوله : « أنا ربكم الأعلى » من غير إدعاء منه أنه يخلق و لا محالة منه أن ينشىء خلقا يكون كخلقه تعالى شبيهًا و نظيرًا ، و المصور المضاهى بتصويره ذلك منطو على تمثيله نفسه بخالقه ، فلا خلق أعظم كفرًا منه فهو بذلك أشدهم عذابا و أعظم عقابًا ، و أما من صور صورة غير مضاه ما خلق ربه ، و إن كان بفعله مخطئًا ، فغير داخل في معنى من ضاهى ربه بتصويره.

« L’imitation de ce qu’a sculpté son Seigneur comme créature est un crime pire encore que celui de Pharaon et de ses adeptes ; car l’impiété de Pharaon consistait à dire « Je suis votre seigneur le plus haut » sans prétendre pour autant créer ; et d’ailleurs il lui était impossible de bâtir une création qui soit comme la création d’Allah, qui lui ressemble ou qui soit pareil à elle. Or, celui qui sculpte les images qui imite par sa sculpture ; se met pareil à Son Créateur ! Il n’y a pas de créature coupable d’une pire mécréance que lui ; ce pourquoi il aura le pire des châtiments. Quant à celui qui sculpte une image sans imiter ce qu’a créé son Seigneur –même si son acte fait tout de même de lui un pécheur- sauf qu’il n’est pas inclus dans le sens de celui qui imite son Seigneur par sa sculpture. » [Charh Sahîh Al Boukhârî 9/175]

Regarde comme il expliqua bien que celui qui dessine sans visé l’imitation n’est pas inclus par les termes du Hadîth ! Il est donc totalement faut de dire que celui qui dessine imite Allah dans la création ; et donc il devient injuste de dire qu’imiter Allah dans la législation est un grand péché comme dessiner.



Le dessin est donc de deux sortes :

1) Dessiner des êtres animés.

C’est du Chirk Majeure si c’est fait dans le but d’imiter Allah.

C’est du Chirk Majeure si c’est fait pour construire des idoles adorées en dehors d’Allah.

C’est un grand péché si ce n’est ni pour imiter Allah ni pour construire des idoles, mais ce n’est pas du Chirk car le Chirk est interdit pour tous les prophètes, or dessiner les animaux et les hommes n’était pas interdit pour Soulaymân.



2) Dessiner des objets inanimés comme les arbres ou les montagnes etc.

C’est du Chirk majeure si c’est fait dans le but d’imiter Allah.

C’est du Chirk majeure si c’est fait pour construire des idoles adorées en dehors d’Allah.

C’est licite si c’est pour gagner sa vie, ou pour s’amuser ; sauf selon Moujâhid qu’Allah l’agrée qui considérait cela complètement interdit.

Et son argument était le Hadîth d’Abou Hourayra rapporté par Al Boukhârî et Mouslim où le prophète a dit : « Allah a dit « Qui donc est plus injuste que celui qui créé comme Je crée ? Qu’il crée donc une graine ; qu’il crée donc un cheveu ! »

Moujâhid dit : Une graine et un cheveu ne sont pourtant pas des êtres animés, cela prouve que l’interdiction porte même sur les êtres inanimés.



Mais la majorité considèrent qu’il est permis de dessiner les arbres et autres êtres inanimés comme Ibn ‘Abbâs et la majorité des savants ; et leurs arguments pour cela est entre autre la Hadîth d’Abou Hourayra rapporté par Abou Dâoûd et d’autres, où « le prophète fut visité par Jibrîl qui lui annonça qu’il avait tenté de le visiter la veille mais que des statues et des chiens l’empêchèrent d’entrer, il lui ordonna alors de briser les têtes des statues afin qu’elles aient une forme d’arbre » or ceci prouve donc que lorsque la statue ou l’image à une forme d’arbre c’est licite.

Cependant, il nous reste le problème du Hadîth sur lequel se base Moujâhid qui blâme bel et bien celui qui dessine des choses inanimées comme un cheveu ou une graine ? Dès lors nous savons que ce hadîth parle de celui qui dessine en voulant imiter Allah, or ceci est du Chirk majeure et c’est pour cela qu’Allah le condamne dans ce Hadîth.

Dès lors aucun Hadîth concernant le dessinateur ne prouve qu’il soit possible d’imiter Allah en restant musulman.

Et le faite que le prophète ait mentionné cela pour condamner des simples dessins, c’est du même genre que lorsqu’il condamna les compagnons ayant voulu imiter les mécréants en prenant un Dhât Anwât, qui est de l’idolâtrie mineure qui ne fait pas sortir de l’Islam, en leur récitant un verset révélé sur les juifs, ou aussi lorsqu’Abou Hourayra condamna celui qui portait un talisman, qui est une idolâtrie mineure, avec un verset révélé sur les idolâtres.

En effet, celui qui dessine des images d’êtres vivants dans un autre but que de les adorer, il se retrouve alors dans le péché car son acte est un moyen amenant à l’idolâtrie. Il est rapporté dans le Sahîh que : Oummou Salma relata au prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam qu’elle avait vu en Abyssinie une église où s’y trouvait des statues. Il lui dit alors « Ceux là, lorsqu’un homme vertueux de chez eux mourait, ils construisaient un lieu d’adoration sur sa tombe et sculptaient ces statues. Ceux là sont les pires créatures devant Allah. »

Et l’imam Ahmad rapporte dans son « Mousnad » :

عَنْ عَبْدِ اللَّهِ أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ -صلى الله عليه وسلم- قَالَ « أَشَدُّ النَّاسِ عَذَاباً يَوْمَ الْقِيَامَةِ رَجُلٌ قَتَلَهُ نَبِىٌّ أَوْ قَتَلَ نَبِيًّا وَإِمَامُ ضَلاَلَةٍ وَمُمَثِّلٌ مِنَ الْمُمَثِّلِينَ ».

« D’après ‘Abdallah : le messager d’Allah salla llahou ‘alayhi wa sallam a dit : Ceux qui auront le pire des châtiments le jour du jugement, sont : un homme tué par un prophète, ou un homme qui a tué un prophète, un guide de l’égarement et un sculpteur. » Les sculpteurs ici sont ceux qui sculptent des idoles pour qu’elles soient adorées en dehors d’Allah.







[1] Sourate 40 verset 46
Revenir en haut Aller en bas
أبو إسحق الموحد
Nouveau Membre Actif
Nouveau Membre Actif
avatar

Nombre de msg : 35
Points de participation Points de participation : 55
Moyenne des avis sur mes post : 6

MessageSujet: Re: Le dessinateur imite t’il Allah ?   Ven 27 Jan - 12:05

Le statut du dessinateur et de l’orgueilleux est il le même que celui du législateur ? 1/2



Ceci est une réponse à un argument de nos opposants, une hérésie que vous ni vos pères ni vos grands pères n’ont jamais entendu, que même Ibn Bâz ni Al Albânî n’ont jamais inventé. Nous allons vous l’exposer et la répliquer du début à la fin avec l’aide d’Allah le très haut.



Leur ambigüité est :

Ce n’est pas toute personne qui se place à l’égale d’Allah qui est un Tâghoût mécréant.



Leur argumentation est la suivante ;

Ils disent : Le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam a dit au sujet des dessins :

أَشَدُّ النَّاسِ عَذَابًا عِنْدَ اللَّهِ يَوْمَ الْقِيَامَةِ الَّذِينَ يُضَاهُونَ بِخَلْقِ اللَّهِ

« Ceux qui auront le pire châtiment le jour du jugement seront ceux qui font ressembler avec la création d’Allah. » rapporté par Al Boukhârî et Mouslim.



Et dans le Hadîth Qoudsî :

الكبرياء ردائي والعزة إزاري فمن نازعني واحد منهما ألقيه في النار.

« Allah a dit : L’orgueil est mon habit, et la Majesté est mon voile : Celui qui essaie de se les approprier, je le jetterai en enfer. »



Ils disent : Le dessinateur imite donc Allah dans la création, et l’orgueilleux se met à l’égal d’Allah dans l’orgueil, malgré cela ni le dessinateur ni l’orgueilleux ne sont mécréants, mais juste pervers, et de même celui qui imite Allah dans la législation, il n’est pas mécréant mais juste pervers, sauf s’il déclare avoir le droit de le faire, là il est mécréant. S’il invente des lois en affirmant oralement qu’il a le droit de le faire, alors là c’est un mécréant.



La réponse à cette ambiguïté peut se faire de nombreuses manières :

En ce qui concerne le dessinateur



Première réponse

Aucun musulman n’a jamais dit « Ce n’est pas toute personne qui se place au même niveau qu’Allah qui est mécréant. » !

Au contraire, il y a unanimité catégorique et fatalement connue en religion, que toute personne qui prétend être une divinité ou un seigneur en dehors d’Allah est un mécréant et le pire des Tâghoût, même s’il sait qu’il n’en a pas le droit. Allah a dit« Et quiconque dirait « Je suis un dieu en dehors de Lui ! » Nous lui rétribuerons l’enfer : c’est ainsi que nous rétribuons les Injustes idolâtres. » (sourate 21 verset 29) Et non pas « Et Quiconque dirait « J’ai le droit d’être adorer en dehors de Lui » Ibn Taymiya a dit dans Majmoû‘ Al Fatâwâ, volume 1 page 88:

اعْلَمْ رَحِمَكَ اللَّهُ أَنَّ الشِّرْكَ بِاَللَّهِ أَعْظَمُ ذَنْبٍ عُصِيَ اللَّهُ بِهِ . قَالَ اللَّهُ تَعَالَى : { إنَّ اللَّهَ لَا يَغْفِرُ أَنْ يُشْرَكَ بِهِ وَيَغْفِرُ مَا دُونَ ذَلِكَ لِمَنْ يَشَاءُ } وَفِي الصَّحِيحَيْنِ أَنَّهُ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ { سُئِلَ : أَيُّ الذَّنْبِ أَعْظَمُ ؟ . قَالَ : أَنْ تَجْعَلَ لِلَّهِ نِدًّا وَهُوَ خَلَقَكَ } . وَالنِّدُّ الْمِثْلُ . قَالَ تَعَالَى : { فَلَا تَجْعَلُوا لِلَّهِ أَنْدَادًا وَأَنْتُمْ تَعْلَمُونَ } . وَقَالَ تَعَالَى : { وَجَعَلَ لِلَّهِ أَنْدَادًا لِيُضِلَّ عَنْ سَبِيلِهِ قُلْ تَمَتَّعْ بِكُفْرِكَ قَلِيلًا إنَّكَ مِنْ أَصْحَابِ النَّارِ } . فَمَنْ جَعَلَ لِلَّهِ نِدًّا مِنْ خَلْقِهِ فِيمَا يَسْتَحِقُّهُ عَزَّ وَجَلَّ مِنْ الْإِلَهِيَّةِ وَالرُّبُوبِيَّةِ فَقَدْ كَفَرَ بِإِجْمَاعِ الْأُمَّةِ

« Sache, qu’Allah te fasse miséricorde, que le pire des péchés par lequel on désobéit à Allah c’est en donnant un associé à Allah. Allah a dit « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne un associé, et Il pardonne ce qui est autre que cela à qui Il veut » et dans les deux recueils authentique il fut rapporté que le prophète fut interrogé au sujet du pire des péchés ? Il dit « que tu donne un égal à Allah alors qu’Il t’a créé. » Et « l’égal » c'est-à-dire « le semblable » et Allah a dit « Ne donnez pas d’égaux à Allah alors que vous savez » et Allah a dit « Et il a donné des égaux à Allah pour égaré de Son sentier, dit « amuse toi un court instant avec ta mécréance, tu es certes parmi les gens du Feu » Et donc, celui qui place une créature à l’égale d’Allah dans ce qui n’appartient qu’à Allah, dans la Divinité ou la Seigneurie, il est mécréant à l’unanimité de la communauté musulmane. » Fin de citation.

De même, celui qui dit « Je suis un législateur en dehors de Lui » ou « Le peuple est un législateur en dehors de Lui. » Et un musulman ne peut en aucun cas croire qu’une personne qui se place à l’égal d’Allah peut en même temps avoir concrétisé l’islam, celui qui ne pense cela ne connait pas l’islam.



Deuxième réponse

Dessiner les créatures n’est pas une imitation d’Allah ; et si nous disions que le dessin est en soit une imitation de la création d’Allah et que ceci prouve l’interdiction de dessiner : cela veut dire qu’il est interdit de dessiner quoi que ce soit de la création d’Allah, que ce soit les hommes et les animaux, ou les montagnes, les rivières, les étoiles et tout ce qu’Allah a créé ; car en les dessinant on imitera Allah dans Sa création et on s’appropriera un de Ses pouvoirs ; celui de modeler et de créer.

Or ceci contredit l’unanimité des savants quant à la permission de dessiner les créatures inanimées comme les montagnes, les nuages etc. Ce Hadîth ne prouve donc pas que dessiner des créatures consiste à imiter Allah et à s’approprier Son pouvoir contrairement à ce que s’imaginent ces gens. Nous verrons au contraire que ce Hadîth vise la grande mécréance et la fabrication des idoles.

Et il y a même divergence entre les savants sur la question des animaux dessinés sur les coussins et les tapis : certains considèrent que cela est permis, en se basant sur le Hadîth où ‘Â’icha, qu’Allah l’agrée, détacha les tapisseries où y était dessinés des animaux et les recousus en coussins, ainsi que le Hadîth rapporté par Al Boukhârî et Mouslim :

لا تدخل الملائكة بيتاً فيه صورة إلا رقماً في ثوب

« Les anges n’entrent pas dans une maison où se trouve une image, sauf si c’est une broderie sur un vêtement. »

Par contre, juger par autre que la loi d’Allah est totalement interdit, contrairement au dessin : il est absolument interdit de juger en contradiction avec la loi d’Allah quelque soit la circonstance, alors que dire de légiférer ?



Troisième réponse

Si le faite de dessiner était une imitation d’Allah, cela aurait été interdit pour tout prophète et tout messager, et aucune lois ne divergerait sur son interdiction car les lois de tous les prophètes se rejoignent sur les principes du monothéisme et de l’Unicité d’Allah, mais divergent sur les rituelles. Or, même la sculpture de statue d’animaux et d’êtres humains ne fut pas interdite chez tous les prophètes d’Allah : dans certaines anciennes législation, les sculptures n’étaient pas interdites, comme dans la loi de Soulaymân ‘alayhi salâm :

Allah a dit : « Ils exécutaient pour lui ce qu'il voulait: sanctuaires, statues, plateaux comme des bassins, et marmites bien ancrées. - "Ô famille de David, œuvrez par gratitude", alors qu'il y a eu peu de Mes serviteurs qui sont reconnaissants. » Sourate 34 verset 13.

L’imam Qourtoubi dit dans l’interprétation de ce verset :

وذكر أنها صور الأنبياء والعلماء، وكانت تصور في المساجد ليراها الناس فيزدادوا عبادة واجتهادا، قال صلى الله عليه وسلم: "إن أولئك كان إذا مات فيهم الرجل الصالح بنوا على قبره مسجدا وصوروا فيه تلك الصور". أي ليتذكروا عبادتهم فيجتهدوا في العبادة. وهذا يدل على أن التصوير كان مباحا في ذلك الزمان، ونسخ ذلك بشرع محمد صلى الله عليه وسلم.

« Et il fut mentionné qu’il s’agissait d’images de prophètes et de savants, qui étaient sculptés dans les mosquées afin que les gens les voient et se motivent dans leurs adorations. Le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam a dit « Lorsqu’un homme pieux mourrait chez ces gens là, ils construisaient une mosquée sur sa tombe et sculptaient ces images » c'est-à-dire : afin de se rappeler de leur dévotion et se motiver à adorer. Ceci est une preuve que la sculpture était permise à cette époque, et que cela a été aboli dans la loi de Mouhammad, que la paix et le salue soit sur lui. »



Alors que le fait d’imiter Allah dans ses attributs et s’ériger à Son égal est interdit chez tous les prophètes sans exception depuis Âdam jusque Mouhammad, que la paix soit sur eux, et c’est la base même de la religion : il n’a jamais été permis à un seul prophète d’imiter Allah ni de se mettre à Son égal !

Donc, si le simple fait de dessiner aurait été une façon de s’approprier un droit qui n’appartient qu’à Allah, il aurait été interdit à Soulaymân de se faire faire des statues d’animaux !

Alors que le faite de contredire la loi des prophètes est interdit dans la religion de tous les prophètes, et tous les prophètes interdirent de leur désobéir et jugèrent mécréants ceux qui s’opposaient à eux ou les contredisaient ou refusaient de suivre leur loi. Juger par la loi d’Allah est donc un fondement de la religion et contredire cela contredit le fondement de la religion, contrairement au dessin ; Yoûsouf ‘Aleyhi Salâm dit, comme Allah le relata :

« Le jugement n'appartient qu'à Allah. Il vous a commandé de n'adorer que Lui. Telle est la religion droite; mais la plupart des gens ne savent pas. » (sourate 12 verset 40)



Quatrième réponse

S’ils nous disent « Le dessin est interdit, et la cause de cette interdiction est : que c’est imiter la création d’Allah, comme c’est dit dans le Hadith d’Al Boukhârî et Mouslim, et cette caractéristique se retrouve chez le législateur car il imite aussi Allah dans la législation !»



Nous répondons : Le Hadîth auquel vous faite allusion dit :

أَشَدُّ النَّاسِ عَذَابًا عِنْدَ اللَّهِ يَوْمَ الْقِيَامَةِ الَّذِينَ يُضَاهُونَ بِخَلْقِ اللَّهِ

« Ceux qui auront le pire châtiment le jour du jugement seront ceux qui font ressembler avec la création d’Allah. » rapporté par Al Boukhârî et Mouslim.

Ce Hadîth ne blâme pas le dessin en général, mais blâme ceux qui comparent Allah avec Sa création, et ceci concerne les idolâtres qui modèlent des statues qu’ils adorent en dehors d’Allah, les comparant donc à Allah. Et ceci se prouve sous plusieurs aspects :

Le Hadîth affirme que ceux qu’il menace auront « le pire des châtiments » or le pire des châtiments est celui des mécréants, et non des musulmans.

Ce Hadîth ne blâme pas ceux qui imitent la création d’Allah, mais bien : « ceux qui font ressembler avec la création d’Allah » ;

Car le verbe « imiter » ici en arabe est le verbe «ضاهى » (faire ressembler quelque chose à une autre) et ce verbe ne peut avoir de sens complet que s’il est utilisé avec un complément direct (مفعول به), et si le Hadîth voulait dire « Qui imitent la création d’Allah » le texte aurait dit :

« الذين يضاهون خلقَ الله»

« Alladhîna youdhâhoûna khalqa llah »

Et là, « la création d’Allah » aurait alors été le complément direct. Mais dans le Hadîth, le terme « Création » (en arabe : خلق) a été utilisé avec une particule : le « Bi » en arabe, qui signifie « au moyen de» ou « avec » : « بخلق الله » Et donc il n’y a pas de complément d’objet direct visible dans le Hadîth. De ce faite, ce complément d’objet direct, sans lequel le verbe « imiter » ne peut avoir de sens, est en fait sous entendu comme c’est très souvent le cas en langue arabe. Ce complément d’objet direct est en faite : « Allah » et le sens du Hadîth est « Ceux qui font ressembler (Allah) avec la création d’Allah » comme le dit l’imam Soundî dans ses annotations des Sounan de l’imam Nasâ’î 8/214 :

أشد الناس أي من أشد الناس الذين يضاهون يشبهون الله تعالى في خلقه

« Ceux qui auront le pire [châtiment] sont ceux qui font ressembler ; qui mettent Allah a égalité dans la création d’Allah. »



Et ceci concerne ceux qui construisent des idoles qu’ils adorent en dehors d’Allah, faisant donc ressembler ces créatures d’Allah à Allah dans la divinité, et ceci est la définition de l’idolâtrie, comme Allah dit dans sourate 26 verset 97, 98 : « Par Allah! Nous étions certes dans un égarement évident, quand nous faisions de vous les égaux du Seigneur de l'univers. » Et sourate 6 verset 1 : « Louange à Allah qui a créé les cieux et la terre, et établi les ténèbres et la lumière. Pourtant, les mécréants donnent des égaux à leur Seigneur.» Ils essaient donc de mettre leurs idoles à égalité avec Allah. Ils ne peuvent le faire réellement, mais ils se l’imaginent.

Et l’imam Nawawî mentionna cet avis, il dit dans l’explication de ce Hadîth dans Charh Sahîh Mouslim, (°Volume 7 page 218°) :

فَقِيلَ هِيَ مَحْمُولَة عَلَى مَنْ فَعَلَ الصُّورَة لِتُعْبَد، وَهُوَ صَانِع الْأَصْنَام ، وَنَحْوهَا ، فَهَذَا كَافِر ، وَهُوَ أَشَدّ عَذَابًا ، وَقِيلَ : هِيَ فِيمَنْ قَصَدَ الْمَعْنَى الَّذِي فِي الْحَدِيث مِنْ مُضَاهَاة خَلْق اللَّه تَعَالَى ، وَاعْتَقَدَ ذَلِكَ ، فَهَذَا كَافِر لَهُ مِنْ أَشَدّ الْعَذَاب مَا لِلْكُفَّارِ ، وَيَزِيد عَذَابه بِزِيَادَةِ قُبْح كُفْره . فَأَمَّا مَنْ لَمْ يَقْصِد بِهَا الْعِبَادَة وَلَا الْمُضَاهَاة ، فَهُوَ فَاسِق صَاحِب ذَنْب كَبِير ، وَلَا يَكْفُر كَسَائِرِ الْمَعَاصِي .

« On dit que cela se rapporte à celui qui fait l'imagepour qu'elle se fasse adorer, c'est le fabriquant d’idoles ou quelque choses comme ça, celui la estun mécréant et il aura le pire des supplices. On dit aussi: Elle se rapporte à celui qui a pour objectif le sens qui est dans le hadîth, à savoir imiter la création d'Allah, en croyant à cela, celui la est un mécréant qui a le plus dur châtiment qu'il y a pour les mécréants, et son châtiment augmente en fonction de la laideur de sa mécréance. Quand à celui qui n'a pas eu en cela l'intension de l'adoration ou d’imitation, il est pervers et auteur d'un grand péché, et il ne devient pas mécréant comme pour le reste des péchés ».

Regardez comme l’imam Nawawi a dit que celui qui a pour objectif le sens du Hadîth est un mécréant ! Or, si le sens du Hadîth était uniquement un grand péché, alors même celui qui l’a pour objectif ne serait pas mécréant car avoir pour objectif de faire un grand péché n’est pas de la mécréance majeure chez Ahl Sounna. Cela montre bien que ce Hadîth parle de la mécréance majeure, et qu’imiter Allah dans la création est de la mécréance majeure !

Ibn Hajar Al ‘Asqalânî quant à lui dit :

وَقَدْ اِسْتَشْكَلَ كَوْن الْمُصَوِّر أَشَدّ النَّاس عَذَابًا مَعَ قَوْله تَعَالَى : ( أَدْخِلُوا آلَ فِرْعَوْن أَشَدّ الْعَذَاب ) فَإِنَّهُ يَقْتَضِي أَنْ يَكُون الْمُصَوِّر أَشَدّ عَذَابًا مِنْ آل فِرْعَوْن ، وَأَجَابَ الطَّبَرِيُّ بِأَنَّ الْمُرَاد هُنَا مَنْ يُصَوِّر مَا يُعْبَد مِنْ دُون اللَّه وَهُوَ عَارِف بِذَلِكَ قَاصِدًا لَهُ فَإِنَّهُ يَكْفُر بِذَلِكَ ، فَلَا يَبْعُد أَنْ يُدْخَل مُدْخَل آل فِرْعَوْن وَأَمَّا مَنْ لَا يَقْصِد ذَلِكَ فَإِنَّهُ يَكُون عَاصِيًا بِتَصْوِيرِهِ فَقَطْ

« Il pourrait poser problème que le dessinateur soit le plus châtié des gens ; alors qu’Allah a dit « Faites entrer les adeptes de Pharaon dans le pire des châtiments.»Et l’imam Tabarî y a répondu en disant que cela vise celui qui dessine une image qui est adoré en dehors d’Allah alors qu’il le sait et que c’est son but ; celui là devient mécréant pour cela, et il n’est dès lors pas étonnant qu’il entre à la même entré que les adeptes de Pharaon. Quant à celui qui ne vise pas cela ; il n’est alors qu’un simple pécheur pour son image.»

Puis il dit :

وَ خَصَّ بَعْضهمْ الْوَعِيد الشَّدِيد بِمَنْ صَوَّرَ قَاصِدًا أَنْ يُضَاهِي ، فَإِنَّهُ يَصِير بِذَلِكَ الْقَصْد كَافِرًا ، وَسَيَأْتِي فِي " بَاب مَا وُطِئَ مِنْ التَّصَاوِير " بِلَفْظِ " أَشَدّ النَّاس عَذَابًا الَّذِينَ يُضَاهُونَ بِخَلْقِ اللَّه تَعَالَى " وَأَمَّا مَنْ عَدَاهُ فَيَحْرُم عَلَيْهِ وَيَأْثَم ، لَكِنْ إِثْمه دُون إِثْم الْمُضَاهِي . قُلْت : وَأَشَدّ مِنْهُ مَنْ يُصَوِّر مَا يُعْبَد مِنْ دُون اللَّه كَمَا تَقَدَّمَ. وَذَكَرَ الْقُرْطُبِيّ أَنَّ أَهْل الْجَاهِلِيَّة كَانُوا يَعْمَلُونَ الْأَصْنَام مِنْ كُلّ شَيْء حَتَّى أَنَّ بَعْضهمْ عَمِلَ صَنَمه مِنْ عَجْوَة ثُمَّ جَاعَ فَأَكَلَهُ

« Et certains disent que cette menace sévère ne concerne que celui qui désire imiter Allah ; il devient ainsi un mécréant ; et nous allons voir dans le chapitre « les images sur lesquels on marche » le Hadîth en ce terme « Les hommes qui auront le pire châtiment sont ceux qui imitent avec la création d’Allah ». Mais pour ce qui est autre que ça ; c’est interdit et l’auteur est coupable de péché ; mais son péché est moins grave que celui qui imite. Je dis : Et pire que lui encore est celui qui dessine ce qui est adoré en dehors d’Allah comme nous l’avons dit. Et Al Qourtoubî a mentionné que les païens fabriquaient des idoles de toutes choses au point que certains fabriquaient leurs idoles avec des dattes ; puis en mangeaient lorsqu’ils avaient faim. » [Fath Al Bârî 10/384]

On voit bien ici qu’Ibn Hajar considère que ce Hadîth concerne soit celui qui taille une idole, soit celui qui veut imiter Allah et qu’il juge les deux comme des mécréants ; et que celui qui ne vise ni l’imitation ni l’adoration de son image ; il n’est pas coupable du péché d’imiter la création d’Allah ! Cela prouve bien que le Hadîth en question concerne le mécréant et non pas le pécheur.



Et Ibn Batâl dit au sujet de ce Hadîth :

مضاهاة ما صوره ربه في خلقه أعظم جرمًا من فرعون و آله ، لأن فرعون كان كفره بقوله : « أنا ربكم الأعلى » من غير إدعاء منه أنه يخلق و لا محالة منه أن ينشىء خلقا يكون كخلقه تعالى شبيهًا و نظيرًا ، و المصور المضاهى بتصويره ذلك منطو على تمثيله نفسه بخالقه ، فلا خلق أعظم كفرًا منه فهو بذلك أشدهم عذابا و أعظم عقابًا ، و أما من صور صورة غير مضاه ما خلق ربه ، و إن كان بفعله مخطئًا ، فغير داخل في معنى من ضاهى ربه بتصويره.

« L’imitation de ce qu’a sculpté son Seigneur comme créature est un crime pire encore que celui de Pharaon et de ses adeptes ; car l’impiété de Pharaon consistait à dire « Je suis votre seigneur le plus haut » sans prétendre pour autant créer ; et d’ailleurs il lui était impossible de bâtir une création qui soit comme la création d’Allah, qui lui ressemble ou qui soit pareil à elle. Or, celui qui sculpte les images qui imite par sa sculpture ; se met pareil à Son Créateur ! Il n’y a pas de créature coupable d’une pire mécréance que lui ; ce pourquoi il aura le pire des châtiments. Quant à celui qui sculpte une image sans imiter ce qu’a créé son Seigneur –même si son acte fait tout de même de lui un pécheur- sauf qu’il n’est pas inclus dans le sens de celui qui imite son Seigneur par sa sculpture. » [Charh Sahîh Al Boukhârî 9/175]

Regarde comme il expliqua bien que celui qui dessine sans visé l’imitation n’est pas inclus par les termes du Hadîth ! Il est donc totalement faut de dire que celui qui dessine imite Allah dans la création ; et donc il devient injuste de dire qu’imiter Allah dans la législation est un grand péché comme dessiner.



Le dessin est donc de deux sortes :

Dessiner des êtres animés.

C’est du Chirk Majeure si c’est fait dans le but d’imiter Allah.

C’est du Chirk Majeure si c’est fait pour construire des idoles adorées en dehors d’Allah.

C’est un grand péché si ce n’est ni pour imiter Allah ni pour construire des idoles, mais ce n’est pas du Chirk car le Chirk est interdit pour tous les prophètes, or dessiner les animaux et les hommes n’était pas interdit pour Soulaymân.



Dessiner des objets inanimés comme les arbres ou les montagnes etc.

C’est du Chirk majeure si c’est fait dans le but d’imiter Allah.

C’est du Chirk majeure si c’est fait pour construire des idoles adorées en dehors d’Allah.

C’est licite si c’est pour gagner sa vie, ou pour s’amuser ; sauf selon Moujâhid qu’Allah l’agrée qui considérait cela complètement interdit.

Et son argument était le Hadîth d’Abou Hourayra rapporté par Al Boukhârî et Mouslim où le prophète a dit : « Allah a dit « Qui donc est plus injuste que celui qui créé comme Je crée ? Qu’il crée donc une graine ; qu’il crée donc un cheveu !»

Moujâhid dit : Une graine et un cheveu ne sont pourtant pas des êtres animés, cela prouve que l’interdiction porte même sur les êtres inanimés.



Mais la majorité considèrent qu’il est permis de dessiner les arbres et autres êtres inanimés comme Ibn ‘Abbâs et la majorité des savants ; et leurs arguments pour cela est entre autre la Hadîth d’Abou Hourayra rapporté par Abou Dâoûd et d’autres, où « le prophète fut visité par Jibrîl qui lui annonça qu’il avait tenté de le visiter la veille mais que des statues et des chiens l’empêchèrent d’entrer, il lui ordonna alors de briser les têtes des statues afin qu’elles aient une forme d’arbre » or ceci prouve donc que lorsque la statue ou l’image à une forme d’arbre c’est licite.

Cependant, il nous reste le problème du Hadîth sur lequel se base Moujâhid qui blâme bel et bien celui qui dessine des choses inanimées comme un cheveu ou une graine ? Dès lors nous savons que ce hadîth parle de celui qui dessine en voulant imiter Allah, or ceci est du Chirk majeure et c’est pour cela qu’Allah le condamne dans ce Hadîth.

Dès lors aucun Hadîth concernant le dessinateur ne prouve qu’il soit possible d’imiter Allah en restant musulman.

Et le faite que le prophète ait mentionné cela pour condamner des simples dessins, c’est du même genre que lorsqu’il condamna les compagnons ayant voulu imiter les mécréants en prenant un Dhât Anwât, qui est de l’idolâtrie mineure qui ne fait pas sortir de l’Islam, en leur récitant un verset révélé sur les juifs, ou aussi lorsqu’Abou Hourayra condamna celui qui portait un talisman, qui est une idolâtrie mineure, avec un verset révélé sur les idolâtres.

En effet, celui qui dessine des images d’êtres vivants dans un autre but que de les adorer, il se retrouve alors dans le péché car son acte est un moyen amenant à l’idolâtrie. Il est rapporté dans le Sahîh que : Oummou Salma relata au prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam qu’elle avait vu en Abyssinie une église où s’y trouvait des statues. Il lui dit alors « Ceux là, lorsqu’un homme vertueux de chez eux mourait, ils construisaient un lieu d’adoration sur sa tombe et sculptaient ces statues. Ceux là sont les pires créatures devant Allah. »

Et l’imam Ahmad rapporte dans son « Mousnad » :

عَنْ عَبْدِ اللَّهِ أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ -صلى الله عليه وسلم- قَالَ « أَشَدُّ النَّاسِ عَذَاباً يَوْمَ الْقِيَامَةِ رَجُلٌ قَتَلَهُ نَبِىٌّ أَوْ قَتَلَ نَبِيًّا وَإِمَامُ ضَلاَلَةٍ وَمُمَثِّلٌ مِنَ الْمُمَثِّلِينَ ».

« D’après ‘Abdallah : le messager d’Allah salla llahou ‘alayhi wa sallam a dit : Ceux qui auront le pire des châtiments le jour du jugement, sont : un homme tué par un prophète, ou un homme qui a tué un prophète, un guide de l’égarement et un sculpteur. » Les sculpteurs ici sont ceux qui sculptent des idoles pour qu’elles soient adorées en dehors d’Allah.

Sourate 40 verset 46
Revenir en haut Aller en bas
أبو إسحق الموحد
Nouveau Membre Actif
Nouveau Membre Actif
avatar

Nombre de msg : 35
Points de participation Points de participation : 55
Moyenne des avis sur mes post : 6

MessageSujet: Re: Le dessinateur imite t’il Allah ?   Ven 27 Jan - 12:07

Le statut du dessinateur et de l’orgueilleux est il le même que celui du législateur ? 2/2





Cinquième réponse

Comparer le dessinateur au législateur est une comparaison légalement invalide, car pour faire une comparaison entre deux choses (Al Qyâs), il y a quatre conditions :

Un modèle référentielle (Al Açl) dont le statut (Al Houkm) est connu, c’est ce qu’on appelle « Al Mouqîç ‘Aleyhi ».

L’élément (Al Far‘) que l’on veut comparer au modèle de base car on en ignore le statut, c’est ce qu’on appelle : « Al Mouqîç ».

La cause du statut (‘Illat oul Houkm) de ce modèle de base, cette cause est une caractéristique de ce modèle qui provoqua le statut lui a été donné.

Que la caractéristique qui causa le statut du modèle existe dans l’élément que l’on veut comparer au modèle (Ichtirâk al ‘illat).



Exemple :

Nous découvrons le hachich, une drogue bien connue, mais nous ignorons son statut car aucun verset ni aucun Hadîth n’en parle. La caractéristique de cette drogue, c’est qu’elle amène à un état d’ivresse, et cette caractéristique se retrouve dans l’alcool, et cette caractéristique fut la cause de l’interdiction de l’alcool. Les conditions du Qyâs sont donc réunies :

Le statut du modèle de base (l’alcool) (Al Asl)

La cause de son interdiction (la caractéristique de l’ivresse) (Al ‘Illa)

L’élément que l’on veut comparer à l’alcool (le hachich) (Al Far‘)

La caractéristique en commun (L’ivresse)

Nous pouvons donc donner au hachich le statut de l’alcool.



Donc, si nous voulons comparer le dessin à la codification des lois, nous devrons également remplir ces conditions. Est-ce possible ? Nous allons essayer :



Le dessin étant donc pris pour modèle de base, nous devons premièrement connaître le statut légal du dessin, quel est-il ?

Réponse : Le dessin est à la base permis, sauf si ce sont des êtres animés. Il n’y a aucun mal de dessiner des montagnes ou des rivières, ou des nuages, ou des arbres… Ce qui est interdit c’est de dessiner les êtres vivants car les hadîth en ont fait exception.



La cause du statut du dessin, c’est qu’aucun texte n’est venu l’interdire dans l’absolue, sauf en ce qui concerne les êtres vivants. Comme la base de toute chose est la permission, le statut du dessin est à la base : la permission.

L’élément (les lois humaines) que l’on voudrait comparer au modèle de base (le dessin) (Al Far‘) :

Il n’y a pas lieu de le faire ici, car le statut des lois humaines est déjà connu et prouvé par des textes évidents et bien plus catégoriques que ceux concernant le dessin, et son statut est l’exact opposé de celui du dessin : gouverner par autre que la loi d’Allah est absolument interdit quelque soit la circonstance, et c’est au minimum de la mécréance mineure : Allah a textuellement nommé « mécréant » celui qui ne juge pas par Sa loi, et « Associé » celui qui légifère en dehors de Lui ! « Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a révélé, ceux-là sont les mécréant » « Ou bien ont-ils des associés qui leur ont légiféré un Dîn qu’Allah n’a jamais permis… » Si juger en dehors d’Allah est à la base interdit, que dire de légiférer à l’encontre de la loi d’Allah ?! De ce faite le Qiyâs est invalide car il n’y a aucun Qiyâs en présence d’un texte.



La caractéristique en commun entre le modèle (le dessin) et l’élément qui lui est comparé (les lois humaines) : Il n’y en a aucune : La caractéristique d’inventer des lois contraires à celle d’Allah est que cela consiste à s’ériger à l’égale d’Allah dans Sa Seigneurie, alors que dessiner un arbre ou un une montagne est permis et n’est en aucun cas une imitation d’Allah dans Sa Seigneurie : aucun musulman ni même aucune personne intelligente irait dire qu’il est permis d’imiter Allah dans quoi que ce soit qui n’appartient qu’à Lui.

La comparaison est donc totalement invalide.



Sixième réponse

L’implication de cette règle amène inévitablement à une mécréance majeure :

Si cette règle était exacte, alors elle serait valable pour quiconque imite Allah de quelque manière que ce soit, ou qui fait ressembler Allah à sa création. Exemples:

Lorsque quelqu’un lis l’avenir dans les mains ; il se met à l’égal d’Allah tout comme le dessinateur se met à l’égal d’Allah, sauf s’il a conviction d’être égal à Allah. Par contre s’il le fait pour gagner sa vie alors ce n’est pas du Chirk majeure.

Lorsque quelqu’un offre un sacrifice à un autre qu’Allah ; il est comme le dessinateur il donne un égal à Allah ; mais s’il le fait sans avoir conviction que celui à qui il offre ce sacrifice est égal à Allah alors c’est juste un grand péché.

Et ainsi nous pourrions continuer avec toute forme de Chirk et en venir à la conclusion que nul n’est polythéiste lorsqu’il donne un égal à Allah de ses actes tant qu’il n’a pas conviction que celui qu’il adore est égal à Allah : s’il le fait pour rigoler, ou pour de l’argent ou pour faire plaisir à quelqu’un sans conviction il ne serait, d’après cette règle, pas mécréant ; et une telle conclusion amène à contredire l’unanimité des musulmans sur la mécréance de celui qui, de son corps, adore un autre qu’Allah sans contrainte même s’il est convaincu que ceci est interdit et que seul Allah mérite l’adoration. Et ceci est une mécréance nette ;

Ibn Taymiya dit dans Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 7 page 219, 220 :

ولهذا كان القول الظاهر من الإيمان الذي لا نجاة للعبد إلا به عند عامة السلف والخلف من الأولين والآخرين إلا الجهمية جَهْماً ومن وافقه فإنه إذا قدر أنه معذور لكونه أخرس، أو لكونه خائفاً من قوم إن أظهر الإسلام آذوه ونحو ذلك، فهذا يمكن ألا يتكلم مع إيمان في قلبه، كالمكره على كلمة الكفر، قال اللّه تعالى‏:‏‏ {‏إِلاَّ مَنْ أُكْرِهَ وَقَلْبُهُ مُطْمَئِنٌّ بِالإِيمَانِ وَلَكِن مَّن شَرَحَ بِالْكُفْرِ صَدْرًا فَعَلَيْهِمْ غَضَبٌ مِّنَ اللّهِ وَلَهُمْ عَذَابٌ عَظِيمٌ‏}‏ ‏[‏النحل‏:‏106‏]‏ وَهذه الآية مما يدل على فساد قول جهم ومن اتبعه، فإنه جعل كل من تكلم بالكفر من أهل وعيد الكفار، إلا من أكره وقلبه مطمئن بالإيمان‏.‏ فإن قيل‏:‏ فقد قال تعالى‏:‏ ‏{‏وَلَكِن مَّن شَرَحَ بِالْكُفْرِ صَدْرًا‏}‏ قيل‏:‏ وهذا موافق لأولها فإنه من كفر من غير إكراه فقد شرح بالكفر صدراً، وإلا ناقض أول الآية آخرها، ولو كان المراد بمن كفر هو الشارح صدره، وذلك يكون بلا إكراه، لم يستثن المكره فقط، بل كان يجب أن يستثنى المكره وغير المكره إذا لم يشرح صدره، وإذا تكلم بكلمة الكفر طوعاً فقد شرح بها صدراً وهي كفر

« Ce pourquoi la parole extérieure fait partie de la Foi sans laquelle un homme ne peut être sauvé, et ceci d’après l’ensemble des prédécesseurs et des successeurs, parmi les premiers et les derniers, excepté les Jahmiya : Jahm et ceux qui l’on approuvé. En effet, dans l’hypothèse où une personne est excusée à cause qu’il est muet ou car il a peur de son peuple qui lui ferait du mal s’il manifestait l’Islam ou quelque chose comme ça, dans ce cas il est possible qu’il ait la Foi dans son cœur sans rien prononcer de sa langue, tout comme celui qui est contraint de prononcer une parole de mécréance. Allah a dit « Sauf celui qui y est contraint, alors que son cœur reste rassuré sur la Foi, mais quiconque ouvre son cœur avec la mécréance : ceux là ont sur eux la colère d’Allah et ont un terrible châtiment » (sourate 16 verset 106) Or ce verset indique la décadence de l’avis de Jahm et de ses adeptes ; car ce verset à classé toute personne qui tiendrait des propos de mécréance parmi les mécréants menacés ; sauf celui qui est contraint et dont le cœur est rassuré sur la Foi. Et si on dit « Mais Allah a dit « Mais quiconque ouvre son cœur avec la mécréance » ! » On répondra alors : Ceci concorde avec le début du verset, car celui qui commet de la mécréance sans y être contraint, il a ouvert son cœur avec la mécréance, sinon le début du verset contredirait la fin. Et si cela voulait parler de celui qui commet la mécréance en ouvrant son cœur ; et que cela puisse arriver même lorsqu’on le fait sans être contrainte, alors le verset n’aurait pas fait exception pour le contraint uniquement, mais il aurait fallu excepter le contraint ainsi que celui [qui commet de la mécréance] qui n’est pas contraint sans ouvrir son cœur à la mécréance. Lorsqu’il tient des propos de mécréance par opportunisme : il a ouvert son cœur avec la mécréance et ceci est une mécréance. » Fin de citation.



Et Soulaymân Ibn ‘Abdallah Âl Cheykh a dit dans Dourar As-Saniyya 8/133 :

ثم أخبر تعالى: أن سبب هذا الكفر والعذاب، ليس بسبب الاعتقاد للشرك، أو الجهل بالتوحيد، أو البغض للدين، أو محبة الكفر، وإنما سببه أن له في ذلك حظاً من حظوظ الدنيا فآثره على الآخرة، وعلى رضى رب العالمين فقال: {ذَلِكَ بِأَنَّهُمُ اسْتَحَبُّوا الْحَيَاةَ الدُّنْيَا عَلَى الْآخِرَةِ وَأَنَّ اللَّهَ لا يَهْدِي الْقَوْمَ الْكَافِرِينَ} [سورة النحل آية: 107]، فكفّرهم تعالى، وأخبر أنه لا يهديهم مع كونهم يعتذرون بمحبة الدنيا. ثم أخبر تعالى: أن هؤلاء المرتدين لأجل استحباب الدنيا على الآخرة، هم الذين طبع الله على قلوبهم وسمعهم وأبصارهم، وأنهم الغافلون. ثم أخبر خبراً مؤكداً محققاً: أنهم في الآخرة هم الخاسرون.

« Puis Allah nous informa que la cause de cette mécréance et de ce châtiment ne sont pas le faite qu’ils aient été convaincus par l’idolâtrie, ou qu’ils aient ignoré le monothéisme, ou qu’ils aient détesté la religion ou aimé la mécréance… Mais la cause de cela est qu’ils ont eu dans cela une jouissance mondaine et qu’ils l’ont préféré à la religion et à la satisfaction du Seigneur des mondes.Alors Allah dit : « Il en est ainsi, parce qu'ils ont aimé la vie présente plus que l'au-delà. Et Allah, vraiment, ne guide pas les gens mécréants. » Allah les jugea alors mécréants, et annonça qu’Il ne les guidera pas même s’ils prétendent l’avoir faire par amour pour ce bas monde. Ensuite, Allah nous informa que ces apostats sont ceux de qui Il scella le cœur, les oreilles et les yeux, pour cause de leur préférence de ce bas monde à l’au-delà, et que ce sont les insouciants. Ensuite, Allah informa, afin d’appuyer l’information précédente, que ceux là seront les perdants dans l’au-delà. » Fin de citation.



Septième réponse

Mais en imaginant que leur ambiguïté soit vraie : imaginons que réellement celui qui légifère des lois n’est pas mécréant tant qu’il ne déclare pas en avoir le droit, ce n’est qu’un piège qui se retournera contre eux, car le gouvernement du Koweït affirme que le gouverneur a le droit de faire des lois, de les proposer, de les approuver et de les émettre, comme c’est mentionné dans l’article 65 et 79 de la constitution du Koweït :

65 - مادة

للامير حق اقتراح القوانين و حق التصديق عليها واصدارها

Article 65 :

L’Emir a le droit de proposer des lois, et le droit de les approuver et de les émettre…



مادة - 79

لا يصدر قانون إلا إذا اقره مجلس الأمة وصدق عليه الأمير

Article 79 :

Aucune loi ne peut être émise tant qu’elle n’est pas approuvée par l’assemblé et reconnue par l’Emir.

De ce faite, même d’après leurs conditions, ce gouvernement devrait être jugé mécréant, alors vont t’ils se conformer à leur hérésie ou bien vont-ils inventer une autre règle pour préserver les faux dieux ? Jamais ils ne les jugeront mécréants, car il n’aiment pas Allah ni Son commandement, même s’ils les voyaient uriner sur le Coran ils ne les jugeraient pas mécréant, même lorsque le roi Fahd ibn Saoûd porta la croix nazaréenne publiquement et avec le sourire, ils ne le jugèrent pas mécréant, mais au contraire prétendirent que ce n’est pas de la grande mécréance si c’est fait sans conviction, voir même que c’est permis s’il y a là un intérêt pour l’islam…



En ce qui concerne l’orgueilleux

Allah a dit : « Entrez donc par les portes de l'Enfer pour y demeurer éternellement. Combien est mauvaise la demeure des orgueilleux! » Sourate 16 verset 29

Allah dit : « Entrez, (leur) dira-t-on, par les portes de l'Enfer, pour y demeurer éternellement". Qu'il est mauvais le lieu de séjour des orgueilleux! » Sourate 39 verset 72

Allah a dit : « Franchissez les portes de l'Enfer pour y demeurer éternellement. Qu'il est mauvais le lieu de séjour des orgueilleux! » Sourate 40 verset 76

Allah a dit : « Ceux qui s'enflaient d'orgueil dirent: "Nous, nous ne croyons certainement pas en ce que vous avez cru". » sourate 7 verset 76

Allah dit : « Et tous comparaîtront devant Allah. Puis, les faibles diront à ceux qui s'enflaient d'orgueil: "Nous étions bien vos suiveurs. Pouvez-vous nous être de quelque utilité contre le châtiment d'Allah?" - Alors, les autres diront: "Si Allah nous avait guidés nous vous aurions certainement guidés. Il est indifférent pour nous de nous plaindre ou d'endurer; nous n'avons pas d'échappatoire". » Sourate 14 verset 21

Allah a dit « Et ceux qui n'espèrent pas Nous rencontrer disent: "Si seulement on avait fait descendre sur nous des Anges ou si nous pouvions voir notre Seigneur!" En effet, ils se sont enflés d'orgueil en eux-mêmes, et ont dépassé les limites de l'arrogance. » Sourate 25 verset 21

Allah dit : « Et ceux que l'on considérait comme faibles diront à ceux qui s'enorgueillissaient: "C'était votre stratagème, plutôt, nuit et jour, de nous commander de ne pas croire en Allah et de Lui donner des égaux". Et ils cacheront leur regret quand ils verront le châtiment. Nous placerons des carcans aux cous de ceux qui ont mécru: les rétribuerait-on autrement que selon ce qu'ils œuvraient » Sourate 34 verset 33

Et d’autres versets encore très nombreux.



Et cheykh Al Islam Ibn Taymiya dit dans Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 7 page 623 :

ورأس الإسلام وهو‏:‏ شهادة أن لا إله إلا الله، وله ضدان‏:‏ الكبر والشرك... فإن المستكبر عن عبادة الله لا يعبده فلا يكون مستسلمًا له، والذي يعبده ويعبد غيره يكون مشركًا به فلا يكون سالمًا له، بل يكون له فيه شرك‏.‏

« Et la tête de l’Islam est le témoignage qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah. Or ce témoignage à deux opposés : l’orgueil et l’idolâtrie… Celui qui par orgueil n’adore pas Allah n’est donc pas soumis à Lui, et celui qui L’adore avec quelque chose d’autre Lui a alors donné un associé, et ne Lui est donc pas pure, mais il est souillé par l’idolâtrie. »

Conclusion : L’orgueilleux peut être mécréant lorsque son orgueil le pousse à commettre de l’idolâtrie ou à s’érigé à l’égale d’Allah, et celui là dispute avec Allah l’orgueil. Quant à celui dont l’orgueil le pousse à mépriser autrui ou à s’entêter, celui là n’est pas mécréant, et ne s’approprie pas un attribut d’Allah à l’unanimité.



Une parole d’Ibn Al Qayyim par laquelle ils argumentent pour dire qu’imiter Allah n’invalide pas forcément l’Islam

Ibn Al Qayyim dit dans « Al Jawâb Al Kâfî » page 161 :

إذا عرف هذا فمن خصائص الإلهية السجود, فمن سجد لغيره فقد شبه المخلوق به. ومنها: التوكل, فمن توكل على غيره فقد شبهه به. ومنها: التوبة, فمن تاب لغيره فقد شبهه به. ومنها: الحلف باسمه تعظيما وإجلاله, فمن حلف بغيره فقد شبهه به.

« En sachant cela alors parmi les trait propre à la divinité il y a la prosternation : celui qui se prosterne pour un autre que lui, il a fait ressembler la créature au créateur. il y a également le tawakkul : celui qui pratique le tawakkul sur un autre que lui, il l'a fait ressemblé à lui il y a également la repentance (tawba) : celui qui fait tawba à un autre que lui, il l'a fait ressemblé à lui il y a également le fait de jurer par son nom par vénération et exaltation pour lui : celui qui jure par autre que lui, il l'a fait ressembler à lui. »

Ils disent : Ibn Qayyim a ici mentionné que le faite de jurer par un autre qu’Allah est une façon de faire ressembler Allah à la création, pourtant jurer par un autre qu’Allah est du petit Chirk et n’invalide pas l’Islam.



Réponse :

Ibn Al Qayyim n’a pas parlé du simple fait de jurer par un autre qu’Allah, mais bien de « fait de jurer par son nom par vénération et exaltation pour lui » or ceci n’est pas la même chose que le simple fait de jurer par un autre qu’Allah sans intention ;

Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb dit dans Dourar As-Saniyya 9/423 lorsqu’il parla des avis des différentes tendances de jurisprudence quant à l’apostasie :

وأما كلام المالكية في هذا، فهو أكثر من أن يحصر؛ وقد اشتهر عن فقهائهم سرعة الفتوى والقضاء بقتل الرجل عند الكلمة التي لا يفطن لها أكثر الناس. وقد ذكر القاضي عياض في آخر كتاب الشفاء من ذلك طرفا. ومما ذكر أن من حلف بغير الله على وجه التعظيم كفر.

« Quant aux paroles des Malékites à ce sujet, il y en a trop pour les délimiter ; et les juristes de cet tendance sont célèbres pour la rapidité à décréter la peine de mort sur un homme qui prononce des genres de propos que la majorité des gens ne remarquent même pas ! Et Al Qâdhî ‘Iyâdh mentionna à la fin de son livre « Ach-Chifâ », entre autre, que celui qui jure par un autre qu’Allah par vénération devient mécréant. » Fin de citation.

Dès lors il n’est pas exact d’affirmer qu’Ibn Al Qayyim parlait ici de Chirk mineure, car le fait de jurer par un autre qu’Allah par vénération et exaltation n’est pas du Chirk mineure mais bien de la grande mécréance.

Ibn Taymiya parle ici de celui qui ne manifeste ni d’Islam ni de mécréance, comme lorsqu’il dit dans Minhaj As-Sounnah volume 6 page 424 :

فالمؤمن إذا كان بين الكفار والفجار لم يكن عليه أن يجاهدهم بيده مع عجزه ولكن إن أمكنه بلسانه وإلا فبقلبه مع أنه لا يكذب ويقول بلسانه ما ليس في قلبه إما أن يظهر دينه وإما أن يكتمه وهو مع هذا لا يوافقهم على دينهم كله بل غايته أن يكون كمؤمن آل فرعون وأمرأة فرعون وهو لم يكن موافقا لهم على جميع دينهم ولا كان يكذب ولا يقول بلسانه ما ليس في قلبه بل كان يكتم إيمانه وكتمان الدين شيء وإظهار الدين الباطل شيء آخر فهذا لم يبحه الله قط إلا لمن أكره بحيث أبيح له النطق بكلمة الكفر

« Lorsque le croyant se trouve entouré de mécréants et de débauchés, il n’est pas tenu de les combattre de ses mains alors qu’il est impuissant, mais il est tenu de le faire de sa langue s’il en est capable, sinon il le fait de son cœur, sans pour autant mentir et dire de sa langue le contraire de ce qu’il croit dans son cœur. Il doit soit montrer sa religion soit la cacher, sans pour autant s’accorder à leur religion. Au pire des cas, il sera comme le croyant des gens de Pharaons, ou la femme de Pharaon qui ne s’accordaient pas à toute leur religion et ne mentaient pas en disant de leur langue ce qu’ils ne croyaient pas dans leur cœur, mais ils cachaient leur Foi. Et le fait de cacher sa religion est une chose, mais manifester une religion fausse est une autre chose : cela, Allah l’a totalement interdit sauf dans un seul cas : la contrainte, là il lui est permis de prononcer des propos de mécréance. » Fin de citation.

Donc, lorsqu’Ibn Taymiya dit : « une personne est excusée à cause qu’il est muet ou car il a peur de son peuple qui lui ferait du mal s’il manifestait l’Islam ou quelque chose comme ça » il parle non pas de celui qui commet de la mécréance sous la contrainte, vu qu’il en parle juste après ; mais il parle de celui qui ne pratique ni Islam ni mécréance par peur des mécréants qui le dominent.


C'est-à-dire qu’ils ont préférer commettre la grande mécréance qui invalide la religion par amour mondain, et non par conviction en la validité de la mécréance. Par contre, celui qui par amour mondain commet ce qui est interdit par la religion mais qui n’atteint pas le niveau de la mécréance, comme la fornication par exemple, celui là n’est pas mécréant car il n’a pas préféré la fornication à sa religion, il a préféré la fornication à la perfection de sa religion.

Abou Ishaq el-Baskî
Revenir en haut Aller en bas
al tourki
Nouveau Membre Actif
Nouveau Membre Actif
avatar

Nombre de msg : 37
Points de participation Points de participation : 41
Moyenne des avis sur mes post : 2

MessageSujet: Re: Le dessinateur imite t’il Allah ?   Lun 30 Jan - 17:49

SALAM

Je réagis et je demande la correction de cet écrit publié par Abu Sem:

"Imiter Allah et se mettre à Son égal n’est donc pas une raison suffisante de Takfîr." (!)

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Nombre de msg : 318
Points de participation Points de participation : 795
Moyenne des avis sur mes post : 17

MessageSujet: Re: Le dessinateur imite t’il Allah ?   Lun 30 Jan - 18:00

La citation complete est :

Ils disent
que ce Hadîth prouve que le dessinateur (ils visent en réalité uniquement celui qui dessine des êtres vivants animés, pas ceux qui dessinent des objets non vivants) imite et veut ressembler à Allah en créant comme Allah. Pourtant, disent-ils, nous savons que dessiner est simplement un grand péché, et que les sunnites ne font pas le Takfîr de celui qui dessine tant qu’il admet l’interdiction de son geste. Imiter Allah et se mettre à Son égal n’est donc pas une raison suffisante de Takfîr.

Fin de citation

Donc Abu Sem a rapporté ici les propos des moushrikyn. Mais en aucun cas il a cette croyance. Tu as mal compris.
Revenir en haut Aller en bas
al tourki
Nouveau Membre Actif
Nouveau Membre Actif
avatar

Nombre de msg : 37
Points de participation Points de participation : 41
Moyenne des avis sur mes post : 2

MessageSujet: Re: Le dessinateur imite t’il Allah ?   Lun 30 Jan - 20:32

SALAM

Effectivement, j'ai mal compris.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dessinateur imite t’il Allah ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dessinateur imite t’il Allah ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Deen-ul-Qayyem] :: Dogme / Croyance :: Mises en garde / Rad / Ambiguité-
Sauter vers: