[Deen-ul-Qayyem]

L'Islâm Authentique selon la compréhension des Pieux Prédécesseurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La demande de justice au Tâghût annule le Tawhid

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Nombre de msg : 318
Points de participation Points de participation : 795
Moyenne des avis sur mes post : 17

MessageSujet: La demande de justice au Tâghût annule le Tawhid   Ven 24 Fév - 9:57





La demande de justice au Tâghût annule le Tawhid



Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Surat 4 – verset 60 traduction approximative)



Soulayman ‘ibn Abdallah, رحمه الله, a dit dans son livre « Tayssir al-Aziz al-Hamid » page 419 : « Dans ce verset, se trouve la preuve que délaisser le jugement du Tâghût, c’est-à-dire, jugement autre que le Qur'ân et la Sunnah, fait partie des obligations de la Religion, et celui qui demande justice au Tâghût, n'est pas croyant, encore moins musulman »



Donc, le Tâghût auquel Allah fait allusion dans ce verset est toute autre législation que Celle d’Allah. Alors, comment une personne qui prend pour juge le Tâghût peut-elle prétendre mécroire en lui ?



Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, رحمه الله, après avoir cité le verset dans lequel Allah dit : « Nulle contrainte en Religion ! Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroit au Tâghût, tandis qu'il croit en Allah, saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient » (Surat 2 – verset 256 traduction approximative) – a dit :



« C’est ainsi que la demande de justice au Tâghût est une croyance en lui »



(Source : Fath al-Madjid, page 345)



Or, le musulman est celui qui mécroit au Tâghût, et croit en Allah, car la croyance au Tâghût et la croyance en Allah ne pourront jamais se réunir dans le cœur d’un musulman.



Il est établi dans la fitra (disposition naturelle) et dans les Textes, qu’Allah est l’Unique Créateur et l’Unique Juge, Celui à qui appartient le Jugement Dernier.



Allah a dit : « En vérité, la création et le commandement n’appartiennent qu’à Lui. Béni soit Allah, le Seigneur des mondes ! » (Surat 7 – verset 54 traduction approximative)



Allah a lié dans ce verset la Création et le Jugement. On y voit qu’Allah est l’Unique Créateur et Juge de l’Univers. En effet, le commandement dans ce verset concerne aussi bien le commandement universel que le commandement législatif.



Allah a dit : « Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d'Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: « Ne suis-Je pas votre Seigneur? » Ils répondirent: « Mais si, nous en témoignons... » - afin que vous ne disiez point, au Jour de la Résurrection: « Vraiment, nous n'y avons pas fait attention », ou que vous auriez dit (tout simplement): « Nos ancêtres autrefois donnaient des associés à Allah, et nous sommes leurs descendants, après eux. Vas-Tu nous détruire pour ce qu'ont fait les imposteurs? ». Et c'est ainsi que Nous expliquons intelligemment les signes. Peut- être reviendront-ils! » (Surat 7, versets 172-174 traduction approximative)



Ce verset est une preuve que notre fitra (disposition naturelle) confirme qu’il existe un Seigneur, Créateur de tout ce qui existe, et que ce Seigneur est l’Unique Juge, Celui qui va nous juger pour ce qu’on aura accomplis. Ainsi, il fait partie du l’Unicité de la Seigneurie d’Allah qu’Il est l’Unique Créateur et l’Unique Juge. De ce fait, le droit de légiférer n’appartient qu’à Lui, Sa Législation est Juste, et toute autre législation est injuste.



Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il vous a commandé de n’adorer que Lui. Telle est la Religion droite; mais la plupart de gens ne savent pas » (Surat 12 - verset 40 traduction approximative)

On voit clairement dans ce verset que le Jugement est un droit qui appartient exclusivement à Allah, et Il n’associe aucune autre législation à la Sienne, c’est pour cela que toute autre législation que la Sienne est appelée un Tâghût.

Allah a dit : « Et Il (Allah) n’associe personne à Son Jugement » (Surat 18 – verset 26 traduction approximative)

Quiconque prend pour juge une personne qui légifère en dehors d’Allah, ou encore une législation qui n’est pas Celle d’Allah, aura pris pour juge le Tâghût, et aura ainsi mécru en Allah et au Jour Dernier.

Allah a dit : « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier » (Surat 4 – verset 59 traduction approximative)Allah a lié dans ce verset la croyance en Lui, et la croyance au Jour Dernier.

Celui qui prend pour juge le Tâghût, à savoir une autre législation que Celle d’Allah, n’aura pas accompli le fondement du désaveu du Tâghût qui est le désaveu du Shirk. En effet, l’Unicité d’Allah dans la Seigneurie (Tawhid ar-Rouboubiyyah) comporte le fait qu’Il soit l’Unique Seigneur, Créateur, ou encore l'Unique Juge. De ce fait, quiconque prend pour juge une autre législation que la Sienne, ou encore une personne qui légifère des lois en dehors d’Allah, aura commis le Shirk dans l’Unicité d’Allah dans l’Adoration (Tawhid al-Oulouhiyyah) qui exige que l’adoration soit vouée qu’à Lui, l’Unique.Il n'y a pas de doute que quiconque associe à Allah dans l'adoration est pareil à celui qui Lui associe dans le Jugement.

Muhammad Amîn ach-Chanquiti a dit:

"L'association à Allah dans Son Jugement et l'association à Allah dans Son Adoration indiquent tous les deux une seule et même signification, et il n'y a aucune différence entre les deux"

(Source: Tafsir Adwa al-Bayyan, Surat at-Tawba, verset 31)

Ceci est clair pour toute personne qui a connaissance du Tawhid, et qu’Allah a préservée de l’égarement lointain.

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Surat 4 – verset 60 traduction approximative)

Allah nous dit dans ce verset : « ... Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement »

Tous les versets qui parlent de l’égarement lointain, ou de l’égarement profond, concernent en réalité le polythéisme, ou encore la mécréance qui annule l’Islâm.

Allah a dit : « Quiconque donne des associés à Allah s’égare, très loin dans l’égarement »(Surat 4 – verset 116 traduction approximative)

Comment une personne peut-elle prétendre avoir désavoué le Tâghût alors qu’elle le prend pour juge et met tout en œuvre afin que ce Tâghût (législation mécréante) soit en sa faveur lors d’un litige en y engageant des avocats représentants de la législation d’Iblis ?

Il est impossible qu’une telle personne connaisse le Tawhid, et il est donc impossible qu’elle soit musulmane.

Soulayman ‘ibn Sahman, رحمه الله, a dit:

« La parole d’Allah: « N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi (prophète) et à ce qu’on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement » (Surat 4 - verset 60 traduction approximative) - prouve que celui qui prétend avoir Foi en Allah et Son Messager صلى الله عليه و سلم mais prend un autre juge que la Loi Islâmique, c’est un menteur hypocrite, égaré du droit chemin, comme Allah le dit: « Non! Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta sentence) » (Surat 4 - verset 65 traduction approximative)

Si tu sais que demander le jugement du Tâghût est une mécréance, et bien Allah nous a annoncé dans Son Livre que la mécréance est plus grave que le meurtre, Il dit: « La fitna est plus grave que le meurtre »(Surat 2 - verset 217 traduction approximative) – Et : « La fitna est pire que le meurtre » (Surat 2 - verset 191 traduction approximative)

Or, la fitna ici, c’est la mécréance. De ce fait, si tous les bédouins et les villageois s’entretuaient jusqu’à disparaître, cela serait moins grave que si on nommait un seul Tâghût qui juge à l’encontre de la Loi de l’Islâm, qu’Allah a envoyé avec Son Messager صلى الله عليه و سلم. Si le fait de demander son jugement est une mécréance, et que le litige est sur une affaire mondaine, comment te serait-il alors permis de devenir mécréant pour ça?

… Si tous tes biens mondains devaient disparaître, il ne te serait pas permis de t’en référer au Tâghût afin qu’il te juge pour ne pas les perdre, et même si tu te trouvais dans une situation où on t’oblige de choisir entre ; prendre le Tâghût pour juge, ou perdre tes biens mondains, et bien tu devras obligatoirement choisir de perdre tes biens, et il ne te sera pas permis de prendre pour juge le Tâghût »



(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, volume 10, pages 502 à 510)





Le Hadith qui prouve que la demande de justice est une adoration



Al-Boukhari et Mouslim, Allah leur fasse Miséricorde, rapportent que le Prophète Muhammad,صلى الله عليه و سلم faisait cette invocation lorsqu’il se levait pour prier la nuit : « Ô Allah, à Toi les louanges, Tu es la Lumière des cieux, de la terre, et des créatures qui s’y trouvent ; à Toi les louanges, Toi le Souverain des cieux, de la terre, et des créatures qui s’y trouvent ; à Toi les louanges, Toi La Vérité … Ta Promesse est une vérité, Tes Paroles sont une vérité, Ta Rencontre est une vérité, Le Paradis est une vérité, Le Feu est une vérité, L’Heure (Suprême) est une vérité, les Prophètes sont une vérité, Muhammad est une vérité … Ô Allah ! À Toi je me suis soumis, à Toi je m’en suis remis, et en Toi j’ai cru ; à Toi je reviens, par Toi je me défends, et c’est Toi que je prends pour Juge. Pardonnes-moi donc ce que j’ai commis, ce que je commettrai, ce que j’ai gardé en secret, et ce que j’ai déclaré, Toi qui avance et qui retarde. Hormis Toi, il n’y a pas de dieu »



Ibn al-Qayyim, رحمه الله, a dit au sujet de ce Hadith :



« Il a cité le rapprochement vers Lui à travers Ses louanges et Son éloge, Ses adorations, puis il Lui a demandé Son pardon »



(Source : Madaridj as-Salikin, 1/32)



Donc, Ibn al-Qayyim, رحمه الله, a cité trois choses dans cette invocation :



· Le rapprochement vers Allah à travers Ses louanges et Son éloge.

· Les adorations pour Allah ; parmi elles ; le retour à Allah, la confiance en Lui, et la demande de jugement.

· La demande du pardon.



Ce Hadith est une preuve claire que la demande de jugement est une adoration. De ce fait, quiconque demande le jugement à autre que le Qur'ân et la Sunnah, aura donné un égal à Allah dans l’Adoration.



Ceci est la compréhension des anciens savants, en passant par les Salafs et les Khalafs. C’est la raison pour laquelle nous trouvons de nombreuses paroles des anciens savants, Allah leur fasse Miséricorde, que la demande de justice à autre qu’Allah et Son Messager est du grand polythéisme qui expulse son auteur de l’Islâm, ou encore la foi au Tâghût.



Une fois qu’il t’est clairement établi que la demande de jugement à autre qu’Allah et Son Messager est du grand polythéisme, il te sera clair que quiconque commet un tel acte annule le Tawhid. La seule excuse acceptable de sa part serait la contrainte.



Le Shirk annule le Tawhid, la foi au Tâghût annule la Foi en Allah. Or, il est établi dans le Livre d’Allah et dans la Sunnah de Son Messager, صلى الله عليه و سلم, que demander jugement à autre qu’Allah et Son Messager est la foi au Tâghût et le Shirk Akbar.



Alors comment il te serait possible de croire au Tâghût, ou encore de commettre du Shirk Akbar, en dehors du cas de la contrainte ?



Ceci t’aidera à comprendre la bêtise de ceux qui autorisent la foi au Tâghût et le Shirk Akbar dans un cas de nécessité, ou encore pour récupérer un bien, ou encore parce qu’il n’y a pas d’État Islâmique !



Quelle est la preuve que le Shirk Akbar est permis dans un cas de nécessité ?



Quelle est la preuve que pour atteindre le but qui est de récupérer son bien, il est permis d’utiliser le Shirk Akbar comme moyen ?



Quelle est la preuve que le Shirk Akbar est permis tout simplement parce qu’il n’y a pas d’État Islâmique ?



Ces gens ont une maladie dans le cœur, ils fuient ce qui est clairement établi dans le Qur'ân et la Sunnah, pour permettre le Shirk Akbar en argumentant avec quelques paroles ambigües de certains anciens savants qui peuvent être interprétées de plusieurs manières.



Leur méthodologie consiste à imposer leur propre interprétation afin de permettre le Shirk Akbar, ou encore afin de ne pas excommunier ceux qui le permettent ou le font.



Cependant, s’ils délaissaient ces quelques paroles qui peuvent être interprétées de plusieurs manières, et cherchaient ce qui est établi de manière claire au sujet de la demande de jugement chez ces mêmes savants, afin d’interpréter les propos ambigus dans le sens de ce qui est établi de la manière claire dans leurs livres, ils verraient que ces savants rendent mécréants non seulement ceux qui permettent la demande de justice au Tâghût, mais aussi ceux qui demandent la justice au Tâghût, ou ne les excommunient pas !



Que faire avec des cœurs malades qui délaissent le Livre d’Allah et la Sunnah pour les propos ambigus de certains savants, ou encore pour les propos de contemporains ignorants, ou orgueilleux ?



Nous ne pouvons que demander à Allah de les guider …





La demande de justice au Tâghût annule le fondement de l'Islâm



Ibn al-Qayyim, رحمه الله, a dit au sujet de la parole du Très-Haut : « Non! Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement (à ta sentence) » (Surat an-Nisa’, verset 65 traduction approximative) :



« Allah a juré qu’ils ne seront pas croyants jusqu'à ce qu’ils prennent pour juge Son Messager, صلى الله عليه و سلم , et jusqu’à ce que l’angoisse se dissipe dans leur intérieur par rapport à son jugement, et jusqu’à ce qu’ils se soumettent complètement à son jugement. Et ceci est la vraie satisfaction de son jugement. Donc la demande de jugement se situe au niveau de l’Islâm, la dissipation d’angoisse, au niveau de l’Iman, la soumission complète, au niveau de l’Ihsan »



(Source : Madaridj as-Salikin, 2/201)



Cette parole est la réponse à ceux qui disent que le verset en question ne parle pas de la disparition de l’Islâm, mais de la disparition du Iman, ou encore du Ihsan. En effet, le cheikh, رحمه الله, nous informe que la demande de jugement au Tâghût annule l’Islâm, et c’est dans ce sens qu’a été révélé le verset.





Quiconque cherche le jugement dans les lois abrogées est un mécréant à l'unanimité des musulmans



Ibn Kathir, رحمه الله, a dit :



« Quiconque abandonne la Loi claire révélée sur Muhammad, fils de ‘Abdallah, le dernier des Prophètes, et cherche le jugement d’une autre loi abrogée, il devient mécréant. Que dire de celui qui cherche le jugement dans le Yassiq (loi de Gengis Khan) et le rend prioritaire ? Celui qui fait cela est un mécréant et ceci à l’unanimité des musulmans »



(Source : al-Bidaya wan-Nihaya, 13/128)



Voici l’unanimité des musulmans que quiconque prend pour juge les lois abrogées, comme c’est le cas des lois se trouvant dans la Thora ou de l’Évangile, il devient un mécréant !



Alors que dire de celui qui prend pour juge les lois issues des passions des mécréants, des pervers, et des injustes ?



Les malades du cœur qui aiment argumenter avec des ambiguïtés, disent que le cheikh, رحمه الله, a dit : ‘’Quiconque abandonne …’’ – et l’abandon du Jugement d’Allah ne se réalise qu’avec la possibilité de se référer au Jugement d’Allah, et étant donné qu’il n’y a pas d’État Islâmique l’abandon ne peut être réalisé car il n’y a pas de possibilité de se référer au Jugement d’Allah. Donc, selon eux, celui qui prend pour juge le Tâghût n’a pas abandonné la Loi d’Allah.



Cette argumentation est diabolique, car il est établi que la demande de justice au Tâghût est la Foi au Tâghût, ainsi que le grand polythéisme. De ce fait, la Foi au Tâghût, et le Shirk Akbar ne sont permis qu’en cas de contrainte.



Quant au fait de ne pas pouvoir se référer au Jugement d’Allah, ceci n’est pas une contrainte.



La contrainte c’est forcer quelqu’un à prononcer une parole ou commettre un acte contre son gré. La personne contrainte n’a ni volonté, ni choix de prononcer la parole ou commettre l’acte qui annule l’Islâm.



Même si nous admettons que celui qui se réfère au Jugement du Diable, parce qu’il n’a pas la possibilité de se référer au Jugement d’Allah, n’a pas ‘’envie’’ de prendre pour juge le Tâghût, nous ne pourrons jamais admettre qu’il n’a pas le choix.



Il a le choix ! Le choix de délaisser le Tawhid en commettant le Shirk, ou bien récupérer son bien. Celui qui choisit de délaisser le Tawhid pour récupérer un bien mondain, alors il aura préféré ici-bas que l’au-delà.



Allah a dit : « Il en est ainsi, parce qu'ils ont aimé la vie présente plus que l'au-delà. Et Allah, vraiment, ne guide pas les gens mécréants » (Surat 16 - Verset 107 traduction approximative)



Muhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, رحمه الله, a dit dans l’élucidation des ambiguïtés à propos de ce verset :



« Il a déclaré que cette mécréance n’est pas due à une croyance, ni à l’ignorance, ni à la haine vis-à-vis de la Religion, ni pour l’amour de la mécréance, mais plutôt à cause d’un profit dans ce bas monde … »

Celui qui a le choix entre délaisser le Tawhid, et délaisser sa Ferrari, puis choisit de délaisser le Tawhid pour ne pas perdre sa belle voiture, alors il fait partie de ceux qui aiment plus une chose d’ici-bas qu’ils n’aiment le Tawhid. Ceci est du Shirk Akbar dans l’Amour, en plus d’être du Shirk Akbar dans l’Adoration.



Le Jugement d’Allah fait partie du Tawhid, du Tawhid dans la Seigneurie pour être précis. La Seigneurie d’Allah comprend le fait que la création et le commandement cosmique et législatif n’appartiennent qu’à Lui. Il n’a pas d’égal dans ces domaines.



Allah a dit : « En vérité, la création et le commandement n’appartiennent qu’à Lui. Béni soit Allah, le Seigneur des mondes ! » (Surat 7 – verset 54 traduction approximative)



Quiconque met en place un égal à Allah dans le Jugement, aura commis le grand polythéisme dans la Seigneurie.



Quiconque prend pour juge un autre qu’Allah, aura commis le grand polythéisme dans l’Adoration.



Après ces explications il apparaît clairement que lorsqu’Ibn Kathir, رحمه الله, dit : ‘’Quiconque adandonne la Loi …’’ – il parle de celui qui abandonne le Tawhid en commettant le Shirk. C’est la raison pour laquelle il dit : ‘’… et cherche le jugement d’une autre loi abrogée …’’



Le Tawhid s’annule avec la conviction, le doute, la parole, ou l’acte, sauf pour des personnes qui sont dans un égarement encore plus lointain que l’était Djahm ‘ibn Safwan.



Ceci répond aussi à une autre ‘’problématique’’ qui se trouve dans la parole d’Ibn Kathir, رحمه الله, quand il dit : ‘’… celui qui cherche le jugement dans le Yassiq et le rend prioritaire …’’



En effet, la demande de justice au Tâghût est du Shirk Akbar, et le simple acte du Shirk Akbar annule le Tawhid, quelque soit la conviction de la personne qui le commet, ceci à l’unanimité des musulmans. De ce fait, ‘’rendre prioritaire’’, peut aussi bien se faire avec le cœur, qu’avec la parole, ou encore avec l’acte. C’est la raison pour laquelle Ibn Kathir, رحمه الله, a dit : ‘’Celui qui fait cela …’’



N’est-ce pas malheureux d’en arriver à toutes ces explications pour quatre petites lignes qui sont pourtant claires ?



Louanges à Allah qui nous a permis de défendre Sa Religion.



Allah a dit : « Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent Sa Religion » (Surat 22 – Verset 40 traduction approximative)





Quiconque demande justice à autre qu'Allah et Son Messager aura pris cet autre comme seigneur





Abd ar-Rahman ‘ibn Sa’adi, a dit dans son livre al-Qawl as-Sadid ‘ala Kitab at-Tawhid, à propos de la Parole : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Surat 4 – verset 60 traduction approximative) :



« Quiconque demande justice à autre qu’Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم, aura pris cet autre comme seigneur, et aura pris pour juge le Tâghût »





Allah a juré par Lui-Même que quiconque ne prend pas pour Juge le Qur'ân et la Sunnah est un mécréant



Ibn Taymiyya, رحمه الله, a dit :



« Et Allah à ordonné à tous les musulmans de reporter leurs désaccords à Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم , comme le dit Allah : « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement) » (Surat an-Nisa’, verset 59 traduction approximative)



Allah a dit : « Non! Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta sentence) » (Surat an-Nisa’, verset 65 traduction approximative)



Quiconque ne se conforme pas à prendre pour Juge Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم, dans ses disputes, Allah a juré par Lui-Même qu’il n’a pas de foi. De même, juger par la Loi qu’Allah a révélé est obligatoire pour le Prophète, صلى الله عليه و سلم, ainsi que pour tout ceux qui le suivent, quant à celui qui ne s’y conforme pas c’est un mécréant »



(Source, Minhaj as-Sunnah an-Nabawiyya, 5/130, 131)





Chercher le jugement dans les lois mécréantes annule l'Islâm



Muhammad ’ibn Ibrahim, a dit :

« Il fait vraiment partie de la mécréance majeure et claire que de donner aux maudites lois forgées la place que devrait avoir ce qu'a transmit l'Esprit fidèle sur le coeur de Muhammad, صلى الله عليه و سلم, pour qu'il soit entre tous un avertisseur en langue arabe claire, et ceci en jugeant par elles (les lois forgées) et en s'en remettant à elles en cas d'un quelconque conflit, contredisant et refusant la parole d’Allah: « Si vous vous disputez en quoi que ce soit, déférez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Cela sera meilleur pour vous et de plus belle incidence » (Surat an-Nisa’, verset 59 traduction approximative)



(Source, Fatawa war- Rasa’il numéro : 4065, 12/284)





Demander le jugement aux mécréants fait partie de la grande alliance avec les mécréants



Ibn Taymiyya, رحمه الله, a dit :



« Dans la catégorie de la grande alliance avec les mécréants qui annule l’Islâm et pour laquelle Allah a blâmé les gens du Livre et les hypocrites, il y a le fait de croire dans une partie de leur religion mécréante, ou encore leur demander jugement lors d’un litige en dehors du Livre d’Allah »



(Source : Madjmou al-Fatawa, 28/199)





Quiconque prend pour juge le Tâghût par peur de perdre un bien devient un polythéiste



Muhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, رحمه الله, a dit dans l’élucidation des ambiguïtés :



« Si tu as constaté que certains hypocrites qui ont combattu les romains avec le Messager d’Allah, صلى الله عليه و سلم, sont sortis de l’Islâm à cause d’une parole qu’ils ont dite en plaisantant et en jouant, alors tu comprendras que celui qui dit une parole de mécréance, ou fait de la mécréance par peur de diminution de ses biens, ou de son rang, ou du retournement des gens contre lui, c’est bien plus grave que de dire une parole en plaisantant »



Cette parole sert d’appui au fait que quiconque commet le Shirk Akbar en prenant pour juge le Tâghût, par peur de perdre un bien, devient un polythéiste.



Celui qui prend pour juge le Tâghût n'est pas croyant en Allah et au Jour Dernier



Ibn Kathir, رحمه الله, a dit à propos du verset : « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement) » (Surat 4 - verset 59 traduction approximative) :



« Ceci est une preuve que celui qui règle ses litiges par autre que le Qur'ân et la Sunnah, et ne les prend pas comme référence, n’est pas croyant en Allah et au Jour Dernier »





Prendre pour juge le Tâghût est une mécréance en Allah



Muhammad Djamal ad-Dîn al-Qasimi, a dit dans son Tafsir connu sous le titre ; Mahassin at-Taawil, à propos du verset dans lequel Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin dans l'égarement » (Surat 4 - verset 60 traduction approximative) :



« Allah a dit : « … Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin dans l'égarement » - Allah a considéré le fait de se faire juger devant le Tâghût comme une croyance en lui, et nul ne doute que croire au Tâghût est une mécréance en Allah ; tout comme mécroire au Tâghût est une croyance en Allah »





La demande de justice au Tâghût annule la croyance en Allah



Soulayman ‘ibn Abd Allah, رحمه الله, a dit :

« Allah a dit : « … alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire … » - c'est-à-dire, au Tâghût, et ceci est une preuve que la demande de justice au Tâghût élimine la Foi et va à son encontre. La Foi ne peut être valide qu’en mécroyant au Tâghût et en délaissant la demande de justice auprès de lui. Quiconque ne la délaisse pas n’est pas croyant en Allah »

(Source: Taysir al-Aziz al-Hamid fi Charh Kitab at-Tawhid, page 419)





Le verset qui suffit pour prouver que la demande de justice au Tâghût annule l'Islâm



L'Imam Ibn Hazm, رحمه الله, a dit concernant la parole d’Allah : « Non ! Par ton Seigneur ! Ils neseront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes, et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement (à ta sentence) » (Surat 4 - verset 65 traduction approximative)



« Ce verset suffit à celui qui prend garde, raisonne bien, croit en Allah et au Jour Dernier, et qui a la certitude que cette ordre et cette recommandation est celle de son Seigneur »



Allah a établi le Tawhid dans la disposition naturelle (la Fitra) de toute personne. Ensuite, Il a révélé un Livre qui est une Lumière, un Guide, un Remède, une Miséricorde, dans lequel Il a expliqué le Tawhid de manière claire.



Il est étonnant de prétendre suivre le Qur'ân et la Sunnah tout en délaissant un verset clair dans lequel Allah jure par Lui-Même que celui qui ne prend pas pour juge le Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم, n’est pas un croyant, pour affirmer le contraire sur base de certaines paroles d’anciens savants qui peuvent être interprétées de plusieurs manières.



Certaines personnes disent que la demande de justice dans ce verset ne concerne pas l’Islâm, mais al-Iman, ou encore al-Ihsan.



Les savants nous enseignent dans les règles de la jurisprudence Islâmique que les versets s’interprètent dans leur sens apparent. En effet, le Livre d’Allah est une Lumière, un Guide, un Remède, une Miséricorde, et il est inconcevable qu’Allah révèle des versets pour piéger Ses serviteurs.



Ceci est l’implication de la croyance des innovateurs qui disent que quiconque interprète certains versets dans le sens apparent est un mécréant, car selon eux Allah ne voulait pas le sens apparent, mais le sens caché, et celui qui a le ‘’malheur’’ de ne pas le trouver est un mécréant.



L’implication de leur croyance va en réalité encore plus loin. En effet, si l’on suit leur logique le Livre d’Allah est un ‘’piège’’ pour les gens, et il ne faut surtout pas le lire car on risque d’interpréter un verset selon son sens apparent, et non selon le sens caché, et ainsi devenir des mécréants.



Le sens apparent du verset rapporté dans la parole d’Ibn Hazm, رحمه الله, est que quiconque ne prend pas pour juge le Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم, n’est pas croyant. S’il n’est pas croyant il ne peut être que mécréant, car il n’y a pas d’intermédiaire entre les deux.



Les personnes qui disent que la demande de justice dans le verset ne concerne pas l’Islâm, mais al-Iman, ou encore al-Ihsan, et qu’il est ainsi possible de ne pas prendre pour juge le Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم, tout en restant musulman, sont soit des gens qui parlent sans science, soit des gens qui répètent aveuglement ce qu’ils entendent, soit des gens qui ne connaissent rien ou presque rien aux règles de la jurisprudence Islâmique.



En effet, si ils avaient quelques notions de la jurisprudence Islâmique, ils sauraient que pour affirmer qu’il est possible de rester musulman même si l’on ne prend pas pour juge le Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم , il aurait fallu trouver un seul verset ou Hadith qui dit de manière claire ce qu’ils prétendent.



Le Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم, a dit : « Celui qui fornique n’est pas croyant au moment où il commet la fornication … » (Hadith rapporté par al-Boukhari et Mouslim, Allah leur fasse Miséricorde)



Le sens apparent de ce Hadith est que quiconque fornique n’est pas un croyant. Il serait donc un mécréant. Mais, étant donné que la Sunnah nous prouve à travers d’autres paroles qu’il est possible de rester musulman tout en commettant les grand péchés tels que la fornication, ce Hadith nous indique que le Prophète Muhammad صلى الله عليه و سلم , ne visait pas l’annulation de l’Islâm, mais l’annulation d’al-Iman.



Par contre, en ce qui concerne la demande de justice au Tâghût, il n’existe pas un seul verset, ou un seul Hadith, qui indique qu’il est possible de rester musulman tout en demandant le jugement au Tâghût.



Au contraire, tout va dans le sens que ceci est le Shirk Akbar qui annule le Tawhid, et ceci est même appuyé pas le consensus des musulmans.



De la même manière, lorsqu’Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم , disent que quiconque prononce une parole, ou commet un acte, devient un mécréant, ou encore a commis la mécréance, ceci concerne toujours la grande mécréance.



Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم, nous ont pas donné le sens apparent qui indique la grande mécréance pour nous laisser deviner par nous-mêmes si’il s’agît de la petite mécréance.



En effet, s’il n’existe aucun verset ou Hadith qui indique que la mécréance en question peut être commise tout en restant musulman, ceci sert de preuve qu’il faut laisser l’interprétation apparente qui indique la grande mécréance.



Par contre, si un verset ou un Hadith indique qu’il est possible de commettre une mécréance tout en restant musulman, ceci sert de preuve que la mécréance en question est une petite mécréance qui n’annule pas l’Islâm.



Le Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم , a dit : « Insulter un musulman est un acte de Fisq, et le combattre est un acte de Kufr » (Hadith rapporté par at-Tirmidhi)



Le sens apparent de ce Hadith est que quiconque combat un musulman est un mécréant. Or, nous avons une preuve venant du Qur'ân qu’il est possible de rester croyant tout en combattant d’autres croyants, ce qui nous indique que la mécréance dont parle le Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم, concerne la petite mécréance qui n’annule pas l’Islâm.



Allah a dit : « Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux »(Surat 49 – verset 9 traduction approximative)



Ceci est établi dans les règles de la jurisprudence Islâmique.



Le verset dans lequel Allah a dit : « Non ! Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes, et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement (à ta sentence) »(Surat 4 - verset 65 traduction approximative) – prouve en réalité que la demande de justice au Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم, est une croyance en Allah.



C’est la raison pour laquelle les grands savants tels qu’Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, رحمه الله, ont dit que tout comme la demande de justice au Qur'ân et la Sunnah est une croyance en Allah, la demande de justice au Tâghût est aussi une croyance au Tâghût.



La croyance en Allah et la croyance au Tâghût sont deux opposés qui ne peuvent pas coexister.



Quiconque croit au Tâghût n’est pas croyant en Allah.



Ceci t’aidera, si Allah le veut, à cerner ceux qui prétendent suivre le Qur'ân et la Sunnah, tout délaissant les Textes authentiques clairs pour argumenter avec les paroles ambigües de certains savants en imposant leur propre interprétation.


Dernière édition par Admin le Ven 24 Fév - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Nombre de msg : 318
Points de participation Points de participation : 795
Moyenne des avis sur mes post : 17

MessageSujet: Re: La demande de justice au Tâghût annule le Tawhid   Ven 24 Fév - 10:14


Prendre pour juge le Tâghût annule le témoignage la ilaha illa Allah



Abd ar-Rahman ‘ibn Muhammad ‘ibn Qassim, a dit dans son commentaire du Kitab at-Tawhid, chapitre de la parole d’Allah : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Surat 4 – verset 60 traduction approximative) :



« Quiconque témoigne la ilaha illa Allah, puis dévie afin de prendre pour juge autre que leProphète, صلى الله عليه و سلم, aura démenti son témoignage. La signification du verset est qu'Allah a blâmé ceux qui prétendent croire en ce qu’Il a fait descendre sur Son Messager et les Prophètes avant lui, et en même temps ils veulent régler leurs litiges avec autre que le Qur'ân et la Sunnah du Prophète, صلى الله عليه و سلم. Sa parole : « N’as tu pas vu ceux qui prétendent … » est une interrogation qui blâme celui qui dévie du Qur'ân et de la Sunnah, et désire le faux dans les autres lois. C’est ce Tâghût qui est visé ici, comme l’a défini Ibn al-Qayyim …



Quiconque se fait juger par une autre loi que Celle d’Allah et Son Prophète, صلى الله عليه و سلم, se fait en réalité juger par le Tâghût qu’Allah a ordonné à Ses serviteurs de désavouer, car le jugement ne se fait qu’avec le Livre d’Allah, la Sunnah de Son Prophète, صلى الله عليه و سلم, et auprès de ceux qui jugent avec. Quiconque se fait juger auprès d’autres, aura alors dépassé ses limites et sera sorti de ce qu’Allah et Son Prophète, صلى الله عليه و سلم, ont décrétés. Il en est de même pour celui qui adore un autre qu’Allah …



Quant au verset : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Surat 4 – verset 60 traduction approximative) – Allah a démenti leur prétendue croyance, car Il a dit : « … prétendent … » - Ceci se dit en général à propos d’une personne dont la prétention est un mensonge. La parole d’Allah renforce cette prétention lorsqu’Il dit : « … alors qu’on leur a ordonné de mécroire en lui … » - Le désaveu du Tâghût est un pilier du Tawhid, si ce pilier est branlant, alors la personne ne peut être monothéiste. Toute personne qui ne rejette pas le Tâghût n’est pas croyante en Allah. Le Tawhid est la base de la Foi qui rend les actes valides. Les actes sont annulés lorsque le Tawhid est absent. Allah a dit : « Donc, quiconque mécroit au Tâghût, tandis qu'il croit en Allah, saisit l'anse la plus solide qui ne peut se briser » (Surat 2 - verset 256 traduction approximative) »



Les points importants de la Fatawa :



Toute personne qui prend pour juge le Tâghût annule son témoignage du Tawhid.Le Tâghût visé dans le verset 60 de la Surat 4 est toute loi/jugement qui n’est pas Celle d’Allah et de Son Messager صلى الله عليه و سلم.

Quiconque prend pour juge cette loi, aura pris pour juge le Tâghût, alors qu’Allah a ordonné de désavouer le Tâghût et prendre pour juge uniquement Allah, Son Messager صلى الله عليه و سلم, et ceux qui appliquent le Qur'ân et la Sunnah.

Quiconque prend pour juge autre loi que Celle d’Allah est pareil à celui qui adore un autre qu’Allah.Toute personne qui prend pour juge le Tâghût n’aura pas désavoué le Tâghût.Le désaveu du Tâghût est un pilier du Tawhid.Toute personne qui ne désavoue pas le Tâghût n’est pas croyante en Allah car son Tawhid est invalide.La validité du Tawhid est une condition à l’acceptation des actes.




Celui qui prend pour juge autre qu'Allah et Son Messager ne croit pas en Allah et au Jour Dernier



Ibn al-Qayyim, رحمه الله, a dit concernant la parole d’Allah : « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement) » (Surat 4 - verset 59 traduction approximative)



« Ceci est une preuve tranchante qu’il est obligatoire de se référer dans toutes sortes de litiges à Allah et Son Prophète, صلى الله عليه و سلم, et non pas à quelqu’un d’autre. Quiconque se réfère à quelqu’un d’autre va à l’encontre de l’ordre d’Allah. Le serviteur n’a pas de foi tant qu’il ne se réfère pas dans tous ses litiges à Allah et Son Messager صلى الله عليه و سلم. Et Allah a dit à propos de cela : « … si vous croyez en Allah et au Jour Dernier … » - Ceci est ce dont nous avons parlé auparavant, à savoir ; l’absence de la condition annule l’acte lié à cette condition. Cela démontre que celui qui prend pour juge autre qu’Allah et Son Prophète, صلى الله عليه و سلم, est en dehors de ce qu’implique la croyance en Allah et au Jour Dernier.



Ce verset protecteur, briseur, clair, et qui est un remède te suffit, car il brise le dos de ceux qui vont à l’encontre, et protège ceux qui s’y accrochent et l’appliquent »



(Source : Al-Risala al-Taboukiyyah)



Ibn al-Qayyim, رحمه الله, nous informe que ce verset est clair, suffisant, et protecteur envers ceux qui s’y accrochent et l’appliquent.



Cependant, pour beaucoup de personnes prétendant suivre le Qur'ân et la Sunnah ce verset est insuffisant.



Non seulement il est insuffisant, mais ils se permettent d’affirmer tout le contraire en se basant sur des paroles des créatures.



Même lorsqu’Allah jure par Lui-Même que celui qui ne prend pas pour juge le Prophète Muhammad, صلى الله عليه و سلم, n’est pas croyant, ils se permettent de dire le contraire en disant qu’Allah n’a pas visé l’Islâm, mais al-Iman.



Leur prétention est un mensonge sur Allah, et Ibn al-Qayyim, رحمه الله, lui-même leur répond en disant dans Madaridj as-Salikin, 2/201, que la demande de jugement dans le verset se situe au niveau de l’Islâm, et non pas au niveau d’al-Iman, ou encore d’al-Ihsan.




Prendre pour juge autre qu'Allah et Son Messager annule la croyance en Allah et au Jour Dernier



Hamad ‘ibn Nassir al-Ma’amar, a dit :

« « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement) » (Surat 4 - verset 59 traduction approximative)



Ce verset est une preuve que la référence pour les litiges des gens dans les bases et les détails de la Religion ne peut être qu’Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. C’est pour cela qu’Il a dit : « … si vous croyez en Allah et au Jour Dernier » - Et ceci est une condition, et si celle-ci n’est pas présente, l’acte qui lui est lié sera absent. Par conséquent, prendre pour juge autre qu’Allah et Son Messager annule la croyance en Allah et au Jour Dernier »



(Source: Madjmou’at ar-Rassail wal-Fatawa, page 173)




La démonstration que quiconque prend pour juge le Tâghût aura commis le grand polythéisme qui annule le Tawhid



Allah a dit : « Et je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent » (Surat 51, verset 56 traduction approximative)



Les gens de science ont dit que l’adoration dans ce verset concerne le Tawhid. De ce fait, le musulman est seulement celui qui unifie Allah dans la Seigneurie, l’Adoration, et les Noms et Attributs.



Quiconque n’unifie pas Allah dans un seul des trois domaines est un mécréant. En effet, les Quraychites confirmaient la Seigneurie d’Allah, mais cela ne leur a pas suffit pour être musulmans. Leur ignorance les a poussé à commettre le Shirk dans l’Adoration, alors qu’ils s’imaginaient faire le bien et prétendaient être sur la Religion d’Ibrahim.



Ainsi, toute personne qui unifie Allah dans la Seigneurie, les Noms et les Attributs, mais Lui donne un égal dans l’Adoration est un polythéiste, même s’il pense faire le bien et être un monothéiste.



De même, toute personne qui unifie Allah dans l’Adoration, mais Lui donne un égal dans la Seigneurie, les Noms et les Attributs est un polythéiste, même s’il pense faire le bien et être un monothéiste.



Celui qui témoigne le Nom d’Allah al-Ghaffar, Celui qui pardonne, aura unifié Allah dans les Noms et Attributs.



Afin que son Tawhid soit valide, il devra unifier Allah dans l’Adoration en demandant uniquement à Allah de lui pardonner.



Par contre, s’il demande à autre qu’Allah de lui pardonner, c'est-à-dire s'il adresse la Tawba à autre qu'Allah, il aura donné un égal à Allah dans l’Adoration et aura commis le grand polythéisme qui annule le Tawhid.



Celui qui témoigne le Nom d’Allah ar-Razzaq, Celui qui pourvoit aux besoins des gens, aura unifié Allah dans les Noms et Attributs.



Afin que son Tawhid soit valide, il devra unifier Allah dans l’Adoration en demandant uniquement à Allah de pourvoir aux besoins qu’il a.



Par contre, s’il demande à autre qu’Allah de pourvoir aux besoins qu’il a, il aura donné un égal à Allah dans l’Adoration et aura commis le grand polythéisme qui annule le Tawhid.



De même, celui qui témoigne le Nom d’Allah al-Hakam, le Juge, aura unifié Allah dans les Noms et Attributs.



Afin que son Tawhid soit valide, il devra unifier Allah dans l’Adoration en prenant pour juge uniquement Allah.



Par contre, s’il prend pour juge un autre qu’Allah, il aura donné un égal à Allah dans l’Adoration et aura commis le grand polythéisme qui annule le Tawhid.




Recourir à un autre jugement que Celui d'Allah annule l'Islâm



Hamad ‘ibn ‘Attiq, رحمه الله, mentionnant dans son ouvrage, al-Bayan an-Nadjat wal-Fakak min Mouwalat al-Mourtaddin wa ahl al-Ichrak, les annulations de la Foi en Islâm, a dit :



« Le quatorzième point c’est avoir recours à un jugement en dehors du Livre d’Allah et de la Sunnah de Son Messager, صلى الله عليه و سلم » - Puis, le cheikh, رحمه الله, cita la Fatawa que le cheikh ‘ibn Kathir, رحمه الله, a mentionné dans son Tafsir à propos du verset : « Est-ce le jugement de l’Ignorance qu’ils recherchent … » à laquelle il ajoute : - « Et semblable au cas de ces derniers est celui de l’ensemble des bédouins et de leurs semblables qui jugent selon les coutumes de leurs pères et selon ce que leurs ancêtres ont instauré comme législations maudites qu’ils nomment ; loi de la camaraderie, et auxquelles ils donnent la préférence (1) sur le Livre d’Allah et la Sunnah de Son Messager. Celui qui agit ainsi est un mécréant qu’il faut combattre jusqu’à ce qu’il retourne au Jugement d’Allah et de Son Messager, صلى الله عليه و سلم »



(Source : Madjmou’at at-Tawhid, page 412, édition « Dar al-Fikr » 1399 de l’Hégire)



(1) Étant donné que tout autre jugement que Celui d’Allah est un Tâghût, quiconque met en place le Tâghût aura commis le grand polythéisme. Or, celui qui commet le grand polythéisme devient un mécréant sur base de son acte, quoi qu’il y ait dans son cœur, sauf pour les Djahmiyyah contemporains qui ne sont pas les adeptes du Consensus.



De ce fait, lorsque le cheikh, رحمه الله, dit : ‘’donnent la préférence’’ – cela ne pose aucun problème aux gens raisonnables, mais réjouit les Djahmiyyah contemporains qui interprètent cela de la manière qui leur convient. En effet, ils disent : ‘’Le cheikh, رحمه الله, ne rend mécréant que celui qui rend licite le Shirk Akbar’’ – Ceci est une calomnie à l’encontre du cheikh, رحمه الله, qui rapporte lui-même le consensus des savants dans ‘’ad-Difa’ ‘an Ahlous-Sunnah wal-Ittiba’, pages 22-23’’ répondant à ceux qui affirment que lorsqu’un homme commet une mécréance extérieure, par la parole ou l’acte, ne devient pas mécréant tant qu’il en est pas satisfait avec son cœur. Il dit dans cet ouvrage qu’un homme devient mécréant sur base des paroles et des actes quoi qu’il y ait dans son cœur, et que ceci est le Jugement d’Allah, le Jugement de Son Messager, ainsi que le consensus des savants.



Ainsi, ‘’donner préférence’’ dans le Shirk Akbar peut aussi bien se faire avec le cœur, la parole, ou l’acte. C’est pour cela que le cheikh, رحمه الله, dit dans la phrase qui suit : ‘’Celui qui agit ainsi …’’



Toute personne qui commet le grand polythéisme en dehors de la contrainte, par nécessité, aura donné la préférence à ici-bas sur le Tawhid. Ceci s’appelle ; le Shirk dans l’Amour.



Allah a dit : « Il en est ainsi, parce qu'ils ont aimé la vie présente plus que l'au-delà. Et Allah, vraiment, ne guide pas les gens mécréants » (Surat 16 - Verset 107 traduction approximative)



Points importants de la Fatawa :



(1) Tout autre jugement que Celui d’Allah est un Tâghût. C’est notamment le cas des coutumes nommés ; lois de la camaraderie, qui entrent parfaitement dans la définition du Tâghût donnée par Ibn al-Qayyim, رحمه الله, car elles sont suivies, obéies, et prises comme juge lors des litiges en dehors, ou indépendamment du Commandement et du Jugement d’Allah.

(2) Quiconque met en place un tel jugement, aura mis en place un Tâghût, un associé à Allah dans le Commandement et dans le Jugement, et aura ainsi commis le grand polythéisme dans la Seigneurie.

(3) Quiconque prend pour juge un tel jugement, aura pris pour juge le Tâghût, et aura ainsi commis le grand polythéisme dans l’Adoration.




Prendre pour juge le Tâghût signifie avoir foi en lui


Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, رحمه الله, a dit :



« Quiconque se réfère à un autre jugement que le Livre d’Allah et la Sunnah du Messager صلى الله عليه و سلم s’est référé à l’idole, celui en qui Allah a ordonné à Ses serviteurs de mécroire. On ne peut rechercher le jugement qu’auprès d’Allah, de Son Messager, et de celui qui gouverne en s’y référant …



De même, celui qui invite à placer un autre qu’Allah et Son Messager صلى الله عليه و سلم comme juge, il aura abandonné ce qu’a apporté le Messager d’Allah, صلى الله عليه و سلم, et s’en sera détourné, et il aura donné à Allah un associé dans l’obéissance, et se sera opposé à ce que nous a amené le Messager d’Allah, صلى الله عليه و سلم, dans le Qur'ân : « Et juge entre eux d’après ce qu’Allah a révélé, et ne suit pas leur passions » (Surat 5 – verset 59 traductiona pproximative) - Et la parole d’Allah : « Non ! ... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta sentence) » (Surat 4 – verset 65 traduction approximative)



De ce fait, quiconque s’oppose à ce qu’Allah a ordonné à Son Messager, صلى الله عليه و سلم, et juge entre les gens par autre que la Loi d’Allah, ou réclame cela par suivi de ses caprices et désirs, aura défait de son cou le nœud de l’Islâm et de la foi, même s’il prétend croire. En effet, Allah a blâmé celui qui le veut, et l’a démenti lorsqu’il prétend avoir la foi. Car, lorsqu’Allah dit : « … ceux qui prétendent croire … » - ceci indique la négation de leur foi, car ‘’prétendre’’ est un verbe que l’on utilise pour désigner celui qui dit une chose en mentant, ou contredit ce qu’implique sa prétention et pratique ce qui s’y oppose. La parole d’Allah : « … alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire … » affirme cela, car la mécréance envers le Tâghût est le pilier du Tawhid, comme le verset de la Surat al-Baqara nous l’enseigne.



Celui qui ne réalise pas ce pilier n’est pas monothéiste, et le monothéisme est le fondement de la foi sans lequel aucun acte n’est valide et avec lequel tous les actes sont bénéfiques.



Ceci est claire dans la parole d’Allah : « Quiconque mécroit au Tâghût tandis qu’il croit en Allah a saisi l’anse la plus solide qui ne peut se briser … » - Quiconque recherche le jugement auprès du Tâghût a certes eu foi en lui … »



(Source : Fath al-Madjd, page 369-371)




Allah a juré par Lui-Même que quiconque ne prend pas pour juge Allah et Son Messager n'est pas un croyant



Ibn Taymiyya, رحمه الله, a dit :



« Et Allah a ordonné à tous les musulmans de reporter leurs désaccords à Allah et Son Messager صلى الله عليه و سلم, comme Allah l’a dit : « Ô vous qui avez cru obéissez à Allah, obéissez à Son Messager et à ceux qui détiennent l’autorité parmi vous, puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement) » (Surat 4 - verset 59 traduction approximative) - Et Allah a dit : « Non ! ... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta sentence) » (Surat 4 - verset 65 traduction approximative)



Quiconque ne s’engage pas à prendre pour juge Allah et Son Messager صلى الله عليه و سلم dans ses disputes, Allah a juré par Lui-Même qu’il n’a pas de foi »

(Source : Minhadj as-Sunnaht an-Nabawiyya, 5/130, 131)




Quiconque prend pour juge le Tâghût a pris le Tâghût pour seigneur en dehors d'Allah



Abd ar-Rahman Sa’adi, a dit dans son livre : Al-Qawl al-Sadid ‘ala Kitab at-Tawhid, chapitre : Quiconque obéit aux savants et gouverneurs qui permettent ce qu’Allah a interdit ou interdisent ce qu’Allah a autorisé, alors il les a pris comme seigneurs :



« Le devoir de chacun est de ne pas prendre pour juge un autre qu’Allah et de se référer dans ses litiges à Allah et à Son Messager, صلى الله عليه و سلم, afin que sa Religion soit entièrement pour Allah … Toute personne qui demande jugement à autre qu’Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم, a pris pour juge le Tâghût, et s'il prétend être croyant, il n’est qu’un menteur. La foi n’est valide qu’en prenant Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم, comme juge dans les bases et les détails de la Religion …



Quiconque demande le jugement à un autre qu’Allah et Son Messager, صلى الله عليه و سلم, a pris celui-là pour seigneur, et a ainsi demandé jugement au Tâghût »



Il a dit aussi concernant l’explication de la parole d’Allah : « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier » (Surat 4 - verset 59 traduction approximative) :



« Cela indique que celui qui ne se réfère pas à Allah et à Son Messager, صلى الله عليه و سلم, dans ses litiges, n’est pas croyant, mais il est croyant au Tâghût … »



Prendre pour juge une autre législation que Celle d'Allah signifie en réalité prendre pour juge une autre religion que Celle d'Allah



Allah a dit : « (Youssouf) commença par les sacs des autres avant celui de son frère ; puis il la fit sortir du sac de son frère. Ainsi suggérâmes-Nous cet artifice à Youssouf. Car il ne pouvait pas se saisir de son frère, selon la justice du roi, à moins qu’Allah ne l'eût voulu. Nous élevons en rang qui Nous voulons. Et au-dessus de tout homme détenant la science il y a un savant (plus docte que lui) » (Surat 12 – verset 76 traduction approximative)

Il y a un consensus des Salafs rapporté par at-Tabari, رحمه الله, que le sens de la justice dans ce verset est : Religion.

De ce fait, une loi est une religion. La Loi d’Allah est l’Islâm, et la loi d’un autre est la religion d’un autre.

C’est la raison pour laquelle nous disons que quiconque impose une autre législation que Celle d’Allah, aura en réalité imposé une autre religion que Celle d’Allah.

Quiconque appelle les gens à suivre, obéir, et prendre pour juge une autre législation que Celle d’Allah, aura en réalité appelé les gens à suivre, obéir, et prendre pour juge une autre religion que Celle d’Allah.

Quiconque règle les litiges d’après une autre législation que Celle d’Allah, aura en réalité réglé les litiges d’après une autre religion que Celle d’Allah.

Quiconque prend pour juge une autre législation que Celle d’Allah, aura en réalité pris pour juge une autre religion que Celle d’Allah.

Il n’y a pas de doute que tous ces gens-là ne sont pas des musulmans.

Allah a dit : « Certes, la Religion acceptée d’Allah, c'est l'Islâm. Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu'après avoir reçu la science. Et quiconque ne croit pas aux signes d’Allah ... alors Allah est prompt à demander compte ! » (Surat 3 – verset 19 traduction approximative)

Allah a dit : « Et quiconque désire une religion autre que l'Islâm, ne sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmi les perdants » (Surat 3 – verset 85 traduction approximative)

Ibn Kathir, رحمه الله, a dit : « La meilleure façon d’expliquer le Qur'ân c’est avec le Qur'ân lui-même »

Pourtant, à notre époque les gens délaissent les versets clairs sur le Jugement, pour prendre les interprétations des créatures qui les contredisent. Même lorsqu’Allah affirme une chose en jurant par Lui-Même, ils vont jusqu’à contredire Allah avec les paroles des créatures.




Le verset qui expose la mécréance du juge et de celui qui recourt à son jugement


Soulayman ‘ibn Sahman, رحمه الله, a dit dans son commentaire du verset : « Ceux qui ne jugent pas par la Loi d’Allah sont les mécréants » :

« Et cela expose la mécréance du juge en personne, ainsi que de ceux qui recourent à son jugement …, de même que de celui qui ne croit pas en l’obligation de juger d’après la Loi d’Allah, même si lui-même n’est pas juge, ni ne demande le jugement »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/504-505)






الحمد لله ربِّ العالمين
Revenir en haut Aller en bas
 
La demande de justice au Tâghût annule le Tawhid
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Deen-ul-Qayyem] :: Dogme / Croyance :: Shirk / Kufr / Bid'a-
Sauter vers: