[Deen-ul-Qayyem]

L'Islâm Authentique selon la compréhension des Pieux Prédécesseurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La signification de l’amour pour Allah et de la Haine pour Allah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deenulqayyem
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Nombre de msg : 249
Points de participation Points de participation : 856
Moyenne des avis sur mes post : 48

MessageSujet: La signification de l’amour pour Allah et de la Haine pour Allah   Mar 19 Juin - 23:21



La signification de l’amour pour Allah et de la Haine pour Allah


Par le Docteur ‘Abd Al-‘Azîz Ibn Mouhammad Âla ‘Abd Al-Latîf


Sheikh Al-Islam Ibn Taymiya, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, dit dans son livre Qâ’ida fi Al-Mahabba : « La base dans l’alliance [Al-Mouwâla] est l’amour, de même que la base dans l’inimitié [Al-Mou’âda] est la haine. Ainsi l’amour exige le rapprochement et l’accord et la haine exige l’éloignement et le désaccord »
[1].

Et le Sheikh ‘Abd Al-Latif Ibn ‘Abd Ar-Rahman Ibn Hassan, qu’Allah leur accorde Sa miséricorde, a dit :« La base dans l’alliance [Al-Mouwâla] : l’amour, et la base dans l’inimitié [Al-Mou’âda] : la haine. Et il en découle (de cet amour et cette haine) des actions du cœur et des membres qui entrent dans la réalité de l’alliance et de l’inimitié tels que le secours, l’amitié, l’entraide et tels que le Jihad, la Hijra et d’autres encore parmi les actions »
[2].

Et l’Imam Ahmed, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde, fut questionné à propos de l’amour pour Allah, il dit alors :« que tu l’aimes pour sa ferveur dans la religion »
[3]

A travers les paroles de ces Imams et d’autres qu’eux, il nous apparait que l’amour et la haine sont des notions relatives au cœur. Ainsi, l’emplacement de l’amour est le cœur et l’emplacement de la haine et le cœur, mais il est impératif à cet acte du cœur qu’il apparaisse sur les membres. Il n’est donc pas acceptable qu’un individu dise : « Je hais untel pour Allah », et que tu trouves ensuite l’amitié, le sentiment d’être à l’aise, la visite, le secours et le soutien pour celui qu’il hait pour Allah ! Où est donc la haine pour Allah ! Il est indispensable que cela apparaisse sur les membres. Par exemple, si nous haïssons les ennemis d’Allah parmi les nazaréens et les juifs, alors l’emplacement de cette haine est le cœur mais cela apparaît sur les membres en ne les saluant pas en premier par exemple, comme a dit le Prophète, que la prière et la paix soient sur lui :
« Ne soyez pas les premiers à saluer les juifs ou les nazaréens »[4] ou en ne participant pas à leurs fêtes car cette participation fait partie de l’entraide dans le péché et la transgression alors qu’Allah dit : {et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression}[5].

Il en va de même pour l’amour pour Allah, si nous aimons les serviteurs d’Allah vertueux, les prophètes, les compagnons et autres parmi les alliés d’Allah le Très Haut, cet amour est dans le cœur mais il a des implications nécessaires et des exigences qui apparaissent sur la langue et sur les membres. Par exemple, si nous aimons les gens de l’Islam, nous les saluons comme a dit le Prophète, que la prière et la paix soient sur lui : «
Voulez-vous que je vous indique une chose capable de vous faire aimer les uns les autres ? Saluez-vous entre vous ».

De même pour le bon conseil [An-Nassîha], lorsque je vois un de mes frères en Islam qui ne respecte pas correctement les piliers et les obligations de la prière, cela fait partie de l’amour pour Allah que de le conseiller et si non cela témoigne de la faiblesse dans la foi. Si nous trouvons un homme qui dit aimer les croyants mais il ne les salue pas, ne visite pas les malades, ne suit pas leurs funérailles, ne les conseille pas et n’a pas de compassion pour eux, alors nul doute que cet amour est entaché et incomplet et il faut que le serviteur le sache.

Le Sheikh ‘Abd Ar-Rahman As-Sa’di dit dans ses fatâwa : « Allah a noué la fraternité, l’alliance et l’amour entre tous les croyants, et a interdit l’alliance à tous les mécréants parmi les juifs, les nazaréens, majoussi, associateurs, athées, marxistes ou autres de ceux dont la mécréance a été affirmé dans le Qur’an et la Sounna. Et ce fondement fait l’unanimité parmi les musulmans. Et tout croyant monothéiste qui s’est détaché de toutes les causes de mécréance connues dans la Shari’a, il est obligatoire de l’aimer, de s’allier à lui et de le secourir. Quant à celui qui n’est pas ainsi, il est obligatoire de se rapprocher d’Allah en lui voulant haine et inimitié, et de le combattre par la langue et la main selon la capacité. Donc l’alliance et le désaveu suivent l’amour et la haine qui sont le fondement. Et le fondement de la foi est d’aimer pour Allah Ses prophètes et ceux qui les suivent, et d’haïr pour Allah Ses ennemis et les ennemis de Ses messagers »
[6].

Les gens de science ont montré qu’il était obligatoire d’aimer le croyant même s’il t’a fait du tort, tandis qu’il est obligatoire de vouer haine et inimitié au mécréant même s’il est bienveillant envers toi. Ceci car le musulman, même s’il a porté atteinte à ton droit et t’a causé du tort, il sera détesté en fonction de son injustice mais le droit de l’Islam persiste ainsi que le droit de secours et le droit de loyauté.

Que nous incombe-t-il face aux musulmans qui ont mélangé actions pieuses et péchés, ils ne sont pas parmi les alliés d’Allah vertueux et non plus parmi les ennemis d’Allah mécréants ?

L’obligation dans leur droit est que nous les aimions et les prenions pour alliés en fonction de leur obéissance et leur piété, et dans le même temps, que nous les détestions en fonction de leur désobéissance et leur péché.
Par exemple : ton voisin qui prie les cinq prières quotidiennes, tu dois l’aimer pour cette raison, mais si ce voisin écoute ce qu’Allah a interdit comme les chansons par exemple ou qu’il pratique l’intérêt usuraire, alors tu dois le détester en fonction de sa désobéissance. Et plus l’homme augmente en obéissance, plus notre amour pour lui augmente, et plus il augmente en désobéissance, plus notre haine augmente.

Il se peut que quelqu’un dise : comment peuvent se réunir l’amour et la haine dans une seule personne ? Comment puis-je aimer un individu d’un côté et le haïr d’un autre côté ?

Je dis : ceci va simplifier les choses, voilà un père qui a frappé son fils et lui a fait mal pour le discipliner et le réprimander, malgré cela il reste la base qui est que le père aime son fils d’un amour gigantesque, les deux points sont donc réunis. Et il en est de même de l’enseignant avec ses élèves ou de l’homme avec sa femme s’il l’a réprimandée ou s’est éloigné d’elle lorsque la situation l’exigeait, mais il reste la base qui est l’amour pour elle et l’affection. Ainsi, si l’individu réunit la foi et le fait de commettre des actes illicites ou de délaisser des obligations qui n’annule la foi entièrement, alors sa foi exige de l’aimer, de le secourir, et sa désobéissance exige de lui vouer haine et inimitié en fonction de la désobéissance.

Et parmi ce qui montre cette question, ce qui est venu de la guidée du Prophète, que la prière et la paix soient sur lui : il a réalisé ces deux notions et la preuve est l’histoire de cet homme qui buvait de l’alcool à l’époque du Messager d’Allah, que la prière et la paix soient sur lui. Son nom était ‘Abdullah et il était fréquemment amené pour être fouetté, il fut amené une fois et une des personnes présentes dit alors : « Qu'Allah le maudisse, on l'amène trop souvent ». Alors le Prophète, que la prière et la paix soient sur lui, dit : «
Ne le maudis pas, ne sais-tu pas qu’il aime Allah et Son messager » comme cela est cité dans le hadith. Donc l’exigence de l’inimitié et la haine fut que la peine lui soit infligée alors il fut fouetté, et dans le même temps, l’exigence de l’amour et de l’alliance envers lui fut que le Prophète le défendit en disant : « Ne le maudis pas».

L’inimitié envers les mécréants :

Cette question est absente (i.e. se fait très rare) à notre époque, en raison de l’ignorance des gens, et des efforts acharnés des forces de la mécréance pour abolir l’alliance et le désaveu et abolir ce qu’ils appellent les différences religieuses.

Le Sheikh Hamad Ibn ‘Atîq, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, a dit : « En ce qui concerne l’inimitié [Al-Mou’âda] envers les mécréants et les associateurs, saches qu’Allah, glorifié soit-Il, a fait de cela une obligation et a insisté dessus, il a interdit le fait de les prendre pour alliés et a souligné cela à tel point qu’il n’y a pas dans le Livre d’Allah le Très Haut, après l’obligation du Tawhîd et l’interdiction de ce qui s’y oppose, de jugement comportant plus de preuves et étant plus clair que ce jugement »
[7].

Et il dit ailleurs : « Et nous avons ici un point étonnant dans la parole d’Allah le Très Haut : {
Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah} qui est qu’Allah a fait devancer le désaveu des associateurs adorateurs d’autre qu’Allah au désaveu des idoles adorées en dehors d’Allah car le premier est plus important que le second. Il se peut qu’une personne se désavoue des idoles et ne se désavoue pas de ceux qui les adorent, il n’aura alors pas rempli l’obligation qui lui incombe. Tandis que s’il se désavoue des associateurs, cela implique nécessairement le désaveu de ce qu’ils adorent »[8].

Ainsi, sachant cela, il apparait l’erreur et l’égarement de beaucoup de gens lorsqu’ils disent : « nous nous désavouons de la mécréance, et nous nous désavouons de la croyance de la trinité chez les nazaréens, et nous nous désavouons de la croix », mais lorsque tu leur dis : « vous vous désavouez des nazaréens », ils disent : « ni nous ne les désavouons, ni nous ne les prenons pour alliés ».

Les implications nécessaires de l’amour pour Allah et de la haine pour Allah :

Nous avons souligné que l’amour pour Allah et la haine pour Allah sont deux actes du cœur, mais cet amour a des implications comme par exemple : conseiller les musulmans, invoquer en leur faveur, les saluer, visiter leurs malades, assister à leurs funérailles, se préoccuper de leur condition.
Et parmi les implications de la haine : faire la Hijra de la terre de Koufr [Dâr Al-Koufr] vers la terre d’Islam [Dâr Al-Islâm], ne pas saluer les mécréants en premier, ne pas leur ressembler et ne pas participer à leurs fêtes comme cela a été précisé précédemment.

Traduction : Abu Oussâma Al-Afghâni

[1] « Qâ’ida fi Al-Mahabba » de Sheikh Al-Islam Ibn Taymiya, p. 387.
[2] « Ad-Dourar As-Saniyya », 2/157.
[3] « Tabaqâte Al-Hanâbila » du Qâdi Ibn Abi Ya’la, 1/57.
[4] N.d.T : Ce hadith est rapporté par Mouslim, d’Après Abou Hourayra, qu’Allah l’agrée, de la manière suivante : « Ne soyez pas les premiers à saluer les juifs ou les nazaréens. Si vous croisez l’un d’eux, forcez-les à emprunter la partie la plus étroite du chemin ». Sheikh Al-‘Outhaymin a dit à propos de ce hadith : « Ce hadith signifie : ne leur cédez pas le passage lorsque vous les croisez dans la rue, pour qu’ils soient à l’aise et que vous, vous soyez à l’étroit. Au contraire, continuez à marcher dans votre direction, et s’il arrive que le passage soit étroit, alors forcez-les à emprunter la partie la plus étroite.
Sachons encore que le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, ne poussait jamais un mécréant, ni l’acculait au mur lorsqu’il le croisait. Le Prophète n’agissait pas ainsi avec les juifs qui vivaient à Médine, ni ses Compagnons ne faisaient cela.
Nous disons que le hadith signifie : puisque vous ne les saluez pas en premier, ne leur cédez pas le passage. Si vous les rencontrez dans la rue, ne vous dispersez pas pour leur laisser le passage. Au contraire, continuez votre chemin et si le passage est étroit, c’est à eux de vous céder le passage et forcez-les à emprunter la partie étroite du chemin.
Enfin, il n’y a absolument rien dans ce hadith qui fait fuir de la religion islamique, si ce n’est qu’il met en évidence la fierté du musulman et son refus de se soumettre à qui que ce soit en dehors d’Allah, gloire et pureté à Lui
».
[5] Sourate Al-Mâïdah, Verset 2.
[6] « Al-Fatâwa As-Sa’diya » du Sheikh ‘Abd Ar-Rahman As-Sa’di, 1/98.
[7] « Sabîl An-Najâti wa Al-Fikâk min mouwâlâti Al-Mourtaddîn wal Ahl Al-Ishrâk » du Sheikh Hamad Ibn ‘Atîq.
[8] « Majmoû’a At-Tawhîd », 1/334-335.
Revenir en haut Aller en bas
 
La signification de l’amour pour Allah et de la Haine pour Allah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Deen-ul-Qayyem] :: Dogme / Croyance :: Al Wala² wa Al Bara²-
Sauter vers: