[Deen-ul-Qayyem]

L'Islâm Authentique selon la compréhension des Pieux Prédécesseurs
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Signification de terme Seigneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateurs
Administrateurs
avatar

Nombre de msg : 319
Points de participation Points de participation : 796
Moyenne des avis sur mes post : 17

MessageSujet: Signification de terme Seigneur   Dim 10 Aoû - 0:58

بسم الله الرحمـن الرحيم

 


 

~ La Signification du terme Seigneur ~
 
Présentation de la signification du terme "Seigneur" (ar-Rabb) dans le Coran et la Sunna et dans les conceptions des communautés égarées.
 
1. Le sens du terme «Seigneur» dans le Coran et la Sunna :
 
L’origine du terme : Il est le nom d’action du verbe « Rabba » qui, conjugué, donne « yarubbu ». Ce verbe signifie former (ou faire croître) quelque chose d’un état à un autre jusqu’à l’atteinte de l’état fini. On dit : «  rabbanite, rabbâhu et rabbabahu [il l’a fait croître] ». Le terme « Rabb » est un nom d’action utilisé pour désigner celui qui fait l’action. De plus, le terme « ar-Rabb » n’est utilisé dans l’absolu qu’en parlant d’Allah Ta‘ala, Celui qui se charge de toute chose, bénéfique aux créatures.
 
Par exemple:
 
« Louange à Allah, Seigneur de l’univers. »* (Sourate 1 verset 2)
 
« Votre Seigneur, et le Seigneur de vos plus anciens ancêtres. *» (Sourate 26 verset 26)
 
Ce terme n’est utilisé, pour désigner autre qu’Allah Ta’ala, qu’accompagné d’un complément qui limite la signification du terme. Par exemple, on dit : « rabbi al-Dâr » [le maître de la maison] et «  rabbi al-Faras » [le propriétaire du cheval]. Ici, le terme signifie : « le propriétaire de. »
 
C’est cette signification que l’on retrouve dans la parole du Très-Haut dans l’histoire de Yûsuf (‘alayhi salam) :
 
« Parle de moi auprès de ton maître". Mais le Diable fit qu’il oublia de rappeler (le cas de Joseph) à son maître. »* (Sourate 12 verset 42)
 
Selon un avis dans l’interprétation du verset. De même, cette signification est retrouvée ici :
 
« [Yusuf] dit : "Retourne auprès de ton maître. " »* (Sourate 12 verset 50)
 
« L’un de vous donnera du vin à boire à son maître. »* (Sourate 12 verset 41)
 
Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) dit à propos des chameaux égarés : « Jusqu’à ce que les retrouve leur propriétaire, » (Rapporté par al-Boukhârî et Mouslim).
 
Il apparaît clairement après ce qui a été dit que le terme « ar-Rabb » est utilisé, déterminé ou avec un complément, pour désigner Allah Ta‘ala. On dit : « ar-Rabb » ; le Seigneur ou « Rabbi al-‘alamine » [le Seigneur de l’univers], ou encore « Rabbi an-Nâs » [le Seigneur des hommes].
 
Ce terme, par ailleurs, n’est utilisé pour désigner autre qu’Allah Ta‘ala, que suivi d’un complément comme : « rabbi al-dar » et « rabbi al-manzil » [le maître de maison] et « rabbi al-ibil » [le propriétaire des chameaux].
 
Le Seigneur des mondes « Rabbi al-‘alamine » signifie : leur Créateur et Maître ; leur Arrangeur et Éducateur par Ses bienfaits, par l’envoi de Ses Messagers et par la Révélation de Ses Livres ; et Celui qui rétribuera les gens pour leurs actes.
 
L’éminent savant Ibn al-Qayyim a dit :
« La Seigneurie d’Allah implique le pouvoir d’injonction et d’interdiction sur les êtres humains ainsi que le pouvoir de rétribuer les bienfaisants parmi eux pour leur bienfaisance et les malfaisants pour leur malfaisance. » (voir Madârij al-Sâlikîn, t.1, p.8.)
 
Ceci est la réalité de la Seigneurie d’Allah.
 
 
2. Le sens du terme « ar-Rabb » dans les conceptions des communautés égarées :
 
Allah Ta‘ala créé les hommes prédisposés au Monothéisme et à la connaissance du Seigneur, le Créateur.

 
« Dirige tout ton être vers la religion exclusivement [pour Allah], telle est la nature qu’Allah a originellement donné aux hommes - pas de changement à la création d’Allah »* (Sourate 30 verset 30)
 
Et  :
 
« Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d’Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes : "Ne suis-Je pas votre Seigneur ?" Ils répondirent : "Mais si, nous en témoignons..." »* (Sourate 7 verset 172)
 
Affirmer la Seigneurie d’Allah Ta‘ala et se tourner vers Lui sont des actes innés, alors que le polythéisme est un événement casuel. Le Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a dit en effet : « Tout nouveau-né naît avec la prédisposition naturelle [à l’islam]. Ensuite, ses parents le rendent juif, nazaréen ou mazdéen. » (Rapporté par al-Boukhari et Mouslim.)
 
Si l’être humain avait été laissé à sa prédisposition naturelle, il se serait sans aucun doute tourné vers le Monothéisme et aurait accepté l’appel des Messagers contenu dans les Livres sacrés révélés et prouvés à travers les signes cosmiques.
 
Mais l’éducation dépravée et l’environnement athée sont les causes du changement de l’orientation du nouveau-né. Dès lors, les enfants imitent leurs parents dans l’égarement et la déviation.
 
Dans le hadith Qudsî :
 
« J’ai créé Mes serviteurs croyants (musulmans), puis les diables les ont détourné. »* (Rapporté par Ahmad et Mouslim.)
 
C’est-à-dire : ils les ont détourné vers l’adoration des idoles et vers leur considération en tant que divinités autres qu’Allah Ta‘ala. Ils tombèrent alors dans l’égarement et la perdition, la désunion et la divergence, chacun adoptant pour lui un dieu qu’il adore, différent de l’autre. La raison en est que lorsqu’ils abandonnèrent le véritable Dieu, il furent éprouvés par l’adoption de fausses divinités comme le dit Allah Ta‘ala :
 
« Tel est Allah, votre vrai Seigneur. Au delà de la vérité qu’y a-t-il donc sinon l’égarement ? »* (Sourate 10 verset 32)
 
L’égarement n’a ni limite, ni fin et il s’applique à tous ceux qui se détournent de leur véritable Dieu.
 
« Qui est le meilleur : des seigneurs éparpillés ou Allah, l’Unique, le Dominateur suprême ?
Vous n’adorez, en dehors de Lui, que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres, et à l’appui desquels Allah n’a fait descendre aucune preuve. »*
(Sourate 12 verset 39-40)

 
Le fait d’associer quelqu’un à Allah dans la Seigneurie en affirmant deux créateurs identiques dans leurs caractéristiques et leurs actes est inconcevable. Seulement, certains polythéistes pensaient que leurs idoles possédaient certaines dispositions dans l’univers et le diable s’est joué d’eux en leur faisant adorer ces idoles. Il s’est joué de chaque peuple à la mesure de leur raison : il incita un groupe de gens à les adorer en vénération pour leurs morts à l’image desquels les idoles étaient sculptées, comme c’était le cas du peuple de Nûh (‘alayhi salam). Un autre groupe de gens adoptèrent des statues représentant les astres qui avaient, selon eux, une influence sur le monde. Pour cette raison, ils leur attribuèrent des demeures et des gardiens.
 
De plus, ils divergèrent dans l’adoration de ces astres : certains adorèrent le soleil, d’autres la lune et d’autres encore des astres autres que le soleil et la lune, jusqu’à leur construire des sanctuaires, à chaque astre un sanctuaire respectif. D’autres encore, les mazdéens, adorent le feu et d’autres les vaches comme les hindous ; mais aussi les Anges, les arbres et les pierres. Il y en a aussi qui adorent les tombes et les tombeaux. Tout ceci parce que ces gens se sont imaginés que ces choses possédaient quelques-unes des particularités de la Seigneurie.
 
Il y en a qui prétendent que ces idoles représentent quelque chose d’absent. Ibn al-Qayyim a dit :
 
« A l’origine, on plaçait une statue à une image d’un être adoré absent. On modelait donc la statue sous sa forme, son apparence et son image pour qu’elle prenne sa place et joue son rôle. Autrement, il est clair qu’un être doué de raison ne sculpte pas du bois ou de la pierre de ses propres mains, puis pense que c’est son Dieu et l’adore. » ( ighathat al-lahfan t.2 p.220)
 
De même, les adorateurs des tombes, jadis et aujourd’hui, prétendent que ces morts intercèdent en leur faveur et interviennent auprès d’Allah Ta‘ala dans la satisfaction de leur besoin, ils disent :
 
« "Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah". »* (Sourate 39 verset 3)
 
« Ils adorent au lieu d’Allah ce qui ne peut ni leur nuire ni leur profiter et disent : "Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d'Allah". »* (Sourate 10 verset 18)
 
D’autres part, certains polythéistes parmi les Arabes et les nazaréens s’imaginaient que leurs objets d’adoration étaient la progéniture d’Allah Ta‘ala. Les polythéistes arabes adorèrent leurs Anges en tant que filles d’Allah Ta‘ala et les nazaréens adorèrent le Messie en tant que fils d’Allah.
 
 
3. Réfutation de ces conceptions fausses :
 
Allah Ta‘ala réfuta la totalité de ces conceptions fausses par ce qui suit :
 
a). Il réfuta les adorateurs de statue :
 
« Que vous en semble [des divinités] Lat et Uzza, ainsi que Manat, cette troisième autre ? » *(Sourate 53 verset 19-20)
 
Le sens de ces versets est comme l’a dit al-Qurtubi : « avez-vous vu ces divinités! Ont-elles apportés un quelconque bien ou un quelconque mal pour être des associées d’Allah Ta‘ala? Se sont-elles défendues lorsque le Prophète d’Allah Ta‘ala et ses compagnons qu’Allah les agrées les démolirent? »
 
 
« Et récite-leur la nouvelle d’Abraham : Quand il dit à son père et à son peuple : "Qu’adorez-vous ?" Ils dirent : "Nous adorons des idoles et nous leurs restons attachés".  Il dit : "Vous entendent-elles lorsque vous [les] appelez ? Ou vous profitent-elles ? Ou vous nuisent-elles ?" Ils dirent : "Non ! Mais nous avons trouvé nos ancêtres agissant ainsi". »  (Sourate 26 verset 69-74)
 
Ils ont donc admis que ces statues n’entendent pas l’appel et n’apportent ni le bien, ni le mal. Ils ne les adorèrent que par imitation aveugle qui est un argument vain.
 
 
b). Il (Ta‘ala) réfuta ceux qui adorent les astres, le soleil et la lune :
 
« Il a créé le soleil, la lune et les étoiles, soumis à Son commandement. »* (Sourate 7 verset 54)
 
« Parmi Ses merveilles, sont la nuit et le jour, le soleil et la lune : ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune, mais prosternez-vous devant Allah qui les a créés, si c'est Lui que vous adorez. »* (Sourate 41 verset 37)
 
 
c). Il (Ta‘ala) réfuta ceux qui adorent les Anges et le Messie (‘alayhi salam) en tant que progéniture d’Allah :
 
« Allah ne S’est point attribué d’enfant »* (Sourate 23 verset 91)
 
Également :
 
« Comment aurait-Il un enfant, quand Il n’a pas de compagne ? »* (Sourate 6 verset 101)
 
Et :
 
« Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.  Et nul n’est égal à Lui. »* (Sourate 112 verset 3-4)
 
 


 
* traductions approximatives
Il s'agit d'un article retranscrit
 

Revenir en haut Aller en bas
 
Signification de terme Seigneur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Deen-ul-Qayyem] :: Dogme / Croyance :: At-Tawhyd / La shahada / Asludeen :: Tawhid de la Seigneurie-
Sauter vers: